Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Que veut la Corée du Nord?

Pyongyang a récemment procédé à deux tirs de missiles balistiques intercontinentaux et cette escalade militaire pourrait cacher un agenda politique bien simple selon des experts : la reconnaissance internationale.

Alors que le général Lori Robinson de l’OTAN considère le plus récent test de missile comme « un autre exemple qui démontre que la Corée du Nord est une menace pour les États-Unis et leurs alliés », certains experts pensent plutôt qu’il faudrait s’intéresser aux raisons motivant le régime de Kim Jong-Un à poursuivre son programme nucléaire.

En entrevue avec le quotidien New York Times, Joshua H. Pollack, rédacteur au Nonproliferation Review, indique que Pyongyang veut obliger la communauté internationale à considérer la Corée du Nord comme l’un des leurs et à imposer ses termes pour la réconciliation avec les États-Unis et la Corée du Sud.

Selon lui, la stratégie employée par la Corée du Nord ressemble beaucoup à celle utilisée par la Chine au tournant des années 1960 alors qu’elle était, elle aussi, un État nucléaire clandestin.

On peut voir dans leur langage et dans leur approche qu’ils s’inspirent beaucoup de la relation sino-américaine.

Le professeur John Delury de l’Université Yonsei à Séoul partage cette opinion : il s'agit d'une stratégie qui s’appuie sur le développement parallèle de l’économie et du programme nucléaire.

« Idéalement, la Corée du Nord pourrait reproduire le modèle chinois en normalisant ses relations avec les États-Unis à l’aide de la dissuasion nucléaire », explique au quotidien américain le professeur.

Joshua H. Pollack fait valoir que les démonstrations de force nord-coréennes sont souvent accompagnées de demandes, tels le retrait des troupes américaines de la péninsule coréenne et l’arrêt des exercices militaires, pour ainsi obtenir de petites concessions sur plusieurs décennies.

Le risque du statu quo

Or, selon une étude produite par les politologues Todd S. Sechser et Matthew Fuhrmann, la stratégie nord-coréenne ne fonctionne toujours pas pour obtenir des concessions internationales. La menace nucléaire est très peu crédible, car beaucoup trop exagérée.

Si Kim Jong-Un a réussi jusqu’à maintenant à dissuader Donald Trump de mener une invasion, il serait surprenant qu’il réussisse à faire changer radicalement la politique du gouvernement américain.

Pour éviter un conflit nucléaire, les experts croient que le dictateur nord-coréen doit bien doser ses actes de provocation et les Américains doivent s’intéresser aux raisons qui motivent cette récente escalade.

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.