Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Réforme des commissions scolaires: Moreau écoutera de manière « respectueuse » les détracteurs

Pierre Moreau, qui était absent depuis le 28 janvier en raison de problèmes de santé, a refait surface dans les couloirs de l'Assemblée nationale au jour même où débutent les consultations entourant la réforme des commissions scolaires.

Aux côtés du premier ministre Phiippe Couillard, le nouveau ministre de l'Éducation du Québec a assuré qu'il se portait beaucoup mieux après avoir combattu un virus. « Un épisode un peu difficile » qui s'est avéré plus éprouvant que la presse parlementaire, a-t-il blagué.

Maintenant qu'il est de nouveau sur pied, Pierre Moreau se dit prêt à écouter de manière « respectueuse » les points de vue divergents qui ne manqueront pas de se faire entendre durant les consultations sur le projet de loi 86.

Ce projet de loi, déposé début décembre par son prédécesseur François Blais, prévoit l'abolition des élections scolaires et une dévolution de pouvoirs plus grande aux parents et aux directions d'école.

« Beaucoup de gens veulent être entendus. On me dit qu'il y a des groupes qui souhaitaient s'ajouter, je suis très ouvert à ça. »

— Pierre Moreau, ministre de l'Éducation du Québec

Cette ouverture que manifeste Pierre Moreau tranche avec l'attitude qu'avait au départ adoptée le précédent ministre de l'Éducation en n'invitant pas, à ces consultations, la Commission scolaire de Montréal (CSDM), qui est la plus grosse commission scolaire du Québec et la commission scolaire anglophone English Montreal (EMSB). Québec s'était par la suite ravisé.

Respecter l'orientation première du projet de loi

Quoiqu'il se dise prêt à tendre l'oreille à tous les points de vue qui seront exprimés autour du projet de loi 86, Pierre Moreau insiste pour dire qu'il entend conserver « l'orientation que nous avons, qui est de rapprocher le pouvoir des écoles », en donnant « plus de place aux parents et plus de place aux enseignants ».

« Et je pense que c'est une excellente orientation », a indiqué M. Moreau.

Pierre Moreau se refuse par ailleurs à établir un échéancier pour l'adoption éventuelle de ce projet de loi controversé. « Notre objectif est d'adopter le meilleur projet de loi possible », insiste-t-il.

Demeurer ouvert aux suggestions

Pour ce faire, le ministre de l'Éducation affirme qu'il est disposé à prendre en considération les « suggestions » qui pourraient lui être faites.

Le premier ministre Philippe Couillard affirme pour sa part que le fait que le gouvernement veuille modifier la structure du système scolaire n'empêchera pas ce dernier d'investir, en même temps, dans le fonctionnement, c'est-à-dire dans la réussite scolaire.

« Il y aura un budget qui va annoncer, je crois, plus de ressources en éducation », a déclaré Philippe Couillard.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le Conseil des ministres de Philippe Couillard

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.