Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le public adresse un dernier adieu à René Angélil (VIDÉO)

Les Québécois ont été nombreux à aller adresser un ultime adieu à René Angélil, à la Basilique Notre-Dame, jeudi après-midi.

Le célèbre imprésario, décédé le jeudi 14 janvier dernier des suites d’un cancer de la gorge, était exposé en chapelle ardente entre 14 h et 21 h. Bien avant l’ouverture des portes, une longue file de gens s’était formée sur la rue Notre-Dame. Tous attendaient patiemment d’aller lui rendre un dernier hommage, et ce, malgré le froid mordant.

À travers la foule, certains ont profité de la possible visibilité que pouvait leur procurer ce rassemblement exceptionnel; on a entre autres aperçu, dans la masse, une pancarte « Fondation Afrique Sans Frontières », où était également inscrit un mot de remerciement à l’égard de René Angélil. Mais la plupart étaient présents simplement par affection pour René Angélil et Céline Dion.

Rien d’impossible

C’était entre autres le cas du jeune chanteur Jérémy Gabriel, qui tenait à tout prix à apporter son soutien à l’entourage du disparu. Le garçon de 19 ans a attendu en file avec les autres admirateurs, quelques heures avant de prendre l’avion pour aller remplir un engagement à Vancouver.

Jérémy avait rencontré l’illustre couple pour la première fois il y a 10 ans, à Las Vegas, et sur le plateau de Vivement dimanche avec Michel Drucker, à Paris. Il a en outre côtoyé Daniel Dion, le frère de Céline, lui aussi décédé le week-end dernier.

« J’ai eu la chance de rencontrer Céline Dion deux fois, a expliqué Jérémy. Ce sont des gens qui ont été extrêmement généreux, qui m’ont donné énormément de support dans les dernières années. De prendre ce temps aujourd’hui, pour René, pour donner mes condoléances à la famille, c’est important, et c’est bien peu comparativement à ce qu’ils ont fait pour moi. Je n’aurais jamais cru que des gens pouvaient être aussi généreux, humains. Malgré tout leur succès, ils ont su me donner énormément. »

Linda Jobin a jadis vécu près de la résidence familiale de Céline Dion, à Charlemagne, lorsque celle-ci était enfant. Il allait de soi pour elle de se déplacer, le temps d’une poignée de main symbolique.

« J’ai grandi avec la famille Dion, de mon enfance, jusqu’à l’âge d’environ 17 ans, a précisé la femme, qui habite désormais à Saint-Hyacinthe. Je demeurais juste à côté d’eux. J’ai été à l’école avec toute la famille, on a grandi tous ensemble. La vie a fait qu’on s’est séparés, mais les Dion ont toujours représenté beaucoup pour moi. C’était important pour moi d’être ici, dans l’épreuve. »

Arrivée à 11 h 50, en fin d’avant-midi, Martine Larose a affirmé que Céline et René ont « fait partie de [sa] vie de tous les jours ».

« Mon mari et moi planifiions nos vacances à Vegas en fonction des spectacles de Céline, a dit Madame Larose. Les chansons de Céline jouent à la maison, on regarde toutes les émissions spéciales qui la concernent. René Angélil a pris une petite Québécoise et l’a amenée à faire carrière internationalement. Quand on a des périodes de découragement, dans notre vie, Céline et René ont toujours été notre inspiration, notre motivation. Ils prouvent qu’il n’y a rien d’impossible, dans la vie. »

« Il fait vraiment froid, j’ai les orteils gelés, mais il fallait être ici, a ajouté Martine Larose. La question ne se posait même pas. Il mérite tout simplement ce genre d’honneur, il restera à tout jamais gravé dans l’histoire du Québec. »

Céline généreuse

À l’intérieur de la Basilique, l’épouse et protégée de René Angélil, Céline Dion, son fils René-Charles et d’autres membres de la famille ont gentiment accueilli les gens venus saluer une dernière fois ce pilier du show-business québécois et international.

Un silence respectueux régnait dans le lieu de culte, où plusieurs s’essuyaient les yeux avant même d’avoir rejoint le cercueil de René Angélil. On savait que Céline Dion devait recevoir les condoléances pendant quelques minutes en début d’après-midi, mais les images retransmises à RDI et LCN ont montré que la chanteuse a finalement passé presque toute la journée debout, bien droite, à discuter avec le public venu lui adresser ses sympathies, sans prendre de pause.

Les représentants de la presse écrite ont eu l’occasion d’aller constater, pendant quelques minutes, l’ambiance qui régnait près de la dépouille de René Angélil. D’une exemplaire dignité, généreuse et chaleureuse comme on la connaît, un délicat voile noir lui recouvrant les yeux, Céline Dion a pris le temps de remercier les gens un à un, serrant tendrement la main de chacun, prenant souvent des personnes dans ses bras. Fréquemment, les larmes lui sont montées aux yeux, mais la dame est demeurée solide comme le roc.

Une cérémonie privée, réservée aux intimes de René Angélil et Céline Dion, avait lieu en fin d’avant-midi, jeudi, avant l’entrée du public. Maman Dion, Julie Snyder, Charles Lafortune, Sophie Prégent, Sonia Benezra, Jean Beaulne et Jean Lapointe, notamment, y ont assisté. Peu après, le maire de Montréal, Denis Coderre, la ministre de la Culture, Hélène David, des personnalités du monde du sport, comme Rodger Brulotte, Guy Carbonneau, Réjean Houle et Michel Bergeron, et quelques autres sont passés à l’extérieur, dans le couloir formé par les journalistes, pour offrir leurs témoignages. Rodger Brulotte, entre autres, venait dire au revoir à un ami de 50 ans.

« René Angélil, pour moi, c’est 50 ans de loyauté, a mentionné l’homme. Il a toujours été là dans les moments difficiles. On s’est toujours aidés. René encourageait tout le monde. Quand ça allait bien, il ne voulait rien savoir de nous; mais, quand ça allait mal, le téléphone sonnait, pour nous encourager. Il incarnait la persévérance et, surtout, la loyauté. »

« Que le public soit là pour lui, comme il a été là pour le public, René le voit et c’est important », a pour sa part confié Julie Snyder à Radio-Canada.

La cérémonie de funérailles nationales de René Angélil aura lieu vendredi, sur le coup de 15 h, aussi à la Basilique Notre-Dame. C’est également à l’intérieur des murs du monument du Vieux-Montréal que le regretté homme d’affaires avait épousé la femme de sa vie, Céline Dion, en 1994. Celle-ci lui a donné trois enfants, René-Charles, aujourd’hui âgé de 15 ans, et les jumeaux Nelson et Eddy, cinq ans. René Angélil est également papa de Patrick, Jean-Pierre et Anne-Marie, nés de précédentes unions.

René Angélil en chapelle ardente - 21 janvier 2016

Celebrity Attending Celine Dion's Concert At Palais Omnisport De Paris Bercy

Céline Dion et René Angélil en photos

Popular in the Community

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.