Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.
CONTENU DE MARQUE

L’artiste Pony anime une nouvelle série à TV5

TV5

L’art ne fait pas que divertir. Il fait réfléchir et prend acte et parole. C’est ce que propose le nouveau magazine culturel Résiste!, qui sera présenté les mardis à 21 h sur TV5.

Animé par l’artiste montréalaise Gabrielle Laïla Tittley, alias Pony, ce nouveau magazine nous emmène à la rencontre d’artistes engagés et avant-gardistes qui résistent à la culture de masse. De Montréal à Londres, en passant par La Nouvelle-Orléans, Atlanta et Détroit, les cinq premières villes visitées plongent les téléspectateurs dans les univers inusités et les parcours d’artistes tous azimuts. Créant des œuvres riches de sens, ils vont à l’encontre des tendances populaires pour que l’essence de leur ville ne meure jamais.

« Quand on m’a approchée pour animer, j’étais emballée! Le fil conducteur de l’acte de résistance correspond parfaitement à mes valeurs et à mon travail d’artiste. J’aime beaucoup discuter avec les gens, avec les autres artistes. L’animation d’une série télé était quelque chose de complètement nouveau pour moi, mais je me sentais très bien dans l’équipe », dit celle qui est également peintre, illustratrice et affichiste, bien connue avec sa marque de vêtements et sa boutique Pony.


Des artistes d’ici et d’ailleurs

Durant les cinq premiers épisodes de la série, l’animatrice colorée s’invitera notamment dans les ateliers, les studios, les bars et les ruelles des cinq épicentres artistiques énumérés ci-haut. Cinq autres épisodes seront tournés à d’autres endroits lorsque les tournages internationaux reprendront.

« Les artistes qu’on a choisis sont mes coups de cœur, mais aussi ceux de l’équipe », ajoute-t-elle.

Dans l’épisode tourné à Montréal, Gabrielle partage le travail d’artistes de différents milieux, dont les animateurs Lex et Wasiu, le documentariste et ancien policier Will Prosper, l’artiste visuelle Caroline Monnet, le légendaire Armand Vaillancourt, l’autrice-compositrice-interprète Elisapie, la danseuse Stacey Désilier, l’illustrateur et imprimeur Elie Chap ainsi que le rappeur Nate Husser.

Durant les tournages, elle a aussi fait des rencontres surprenantes. « Je suis une adepte de rap et de hip-hop, mais quand j’ai rencontré Waajeed, l’un des piliers de la culture du techno à Détroit, j’ai senti s’ouvrir mes horizons musicaux. J’ai été marquée et inspirée par cet échange. Comme personne et comme artiste. »

Au-delà de l’art

Au-delà de la musique et de l’art, l’animatrice aborde des enjeux sociaux d’actualité. « L’art est souvent un moyen de communication, de revendication. L’expression artistique fait avancer plusieurs enjeux de société. C’était vrai avant et ça l’est peut-être même encore plus aujourd’hui », estime celle qui aime explorer la culture populaire avec sensibilité et humour dans ses illustrations éloquentes.

Au cours de la série, des thèmes importants tels que la santé mentale, l’inclusion, le racisme et la justice sociale seront abordés avec les artistes. « Oui, la série vise à faire rayonner ces gens qui résistent par le biais de l’art, mais nous voulons aussi susciter des discussions et rendre accessible la contre-culture à un plus grand public », explique l’animatrice.

Rejoignez-la dans Résiste! les mardis à 21 h sur TV5. Tous les épisodes sont également disponibles en ligne gratuitement sur leur plateforme web.

3 questions en rafale à Pony

À quoi résistes-tu ?
« À l’autorité. Je suis ma propre patronne depuis plus de 10 ans et je ne changerais pas ça. »

À quoi tu ne peux pas résister ?
« À bouger sur une chanson rap ou hip-hop. »

Avec ta boutique de vêtements, te perçois-tu toujours comme une adepte de la contre-culture ?
« Tout à fait. Mes produits sont plus populaires ‒ et c’est tant mieux !, mais ils sont toujours alignés sur mes valeurs. Je ne fais pas de compromis. »

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.