Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Salah Abdeslam, interrogé à Bruxelles, s'opposera à son extradition

Salah Abdeslam, suspect clé du commando des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, « collabore » avec la justice belge et refuse à ce stade son extradition vers la France, a annoncé samedi son avocat.

« Il collabore avec la justice belge », a dit Me Sven Mary à la presse à Bruxelles. « La France demande son extradition. Je peux vous annoncer qu'on refusera l'extradition vers la France. »

La justice belge a annoncé que Salah Abdeslam et Amine Chouki, tous deux arrêtés vendredi, ont été inculpés pour « participation à des meurtres terroristes et participation aux activités d'un groupe terroriste. » Amine Chouki a également été accusé de « recel de criminels ».

Le Français de 26 ans a été arrêté vendredi à Molenbeek dans l'agglomération de Bruxelles par les forces de sécurité belges à l'issue d'une traque de quatre mois.

Blessé à la jambe lors de l'opération, il a été hospitalisé vendredi à l'hôpital Saint-Pierre de Bruxelles avant d'être transféré samedi en début de matinée au siège de la police fédérale belge pour y être entendu par la police et un juge d'instruction.

Aux côtés du premier ministre belge vendredi soir à Bruxelles, François Hollande a indiqué que la justice française devrait formuler prochainement une demande d'extradition.

Les attentats de Paris et de Saint-Denis, revendiqués par le groupe armé État islamique, ont fait 130 morts et des centaines de blessés.

Interpol met en garde contre la fuite de complices d'Abdeslam

Interpol recommande à ses États membres de renforcer leur vigilance à leurs frontières pour prévenir la fuite d'éventuels complices de Salah Abdeslam.

L'arrestation du Français de 26 ans vendredi lors d'une vaste opération des forces de sécurités belges à Molenbeek, dans l'agglomération de Bruxelles, pourrait encourager des complices éventuels à prendre la fuite, souligne l'organisation internationale de coopération policière basée à Lyon.

Un appel à la vigilance a été envoyé aux pays membres, précise Interpol.

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.