Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Sécurité de l'Assemblée nationale: voyage en Europe pour des parlementaires

Getty

Des membres de l’Assemblée nationale du Québec ont participé à une mission d’une semaine en Europe cet hiver. L’objectif : étudier les mesures de sécurité dans différents parlements, notamment en France et au Danemark, a appris Le Huffington Post Québec.

La mission s’est déroulée la dernière semaine de janvier 2014. Elle était composée des députés au poste de whip des trois formations politiques ainsi que du président de l’Assemblée nationale, Jacques Chagnon. Ceux-ci étaient accompagnés de leur directeur de cabinet. Des membres du personnel de l’Assemblée nationale, du volet sécurité, ont également pris part au voyage.

Sur le plan de la programmation, il semble que les membres de l’équipe de mission ont eu droit à une visite de deux jours à Copenhague, au Danemark, d’une fin de semaine de repos à Paris, de même que de deux journées, le 27 et 28 janvier, pour des visites à l’Assemblée nationale et au Sénat français.

Ces visites ont été essentiellement ponctuées de rencontres avec des membres de la sécurité des différents parlements européens, a confié une source bien informée au Huffington Post Québec.

Cette mission, d’après nos informations, figurait depuis un certain temps dans l’agenda de l’Assemblée nationale du Québec.

Or, «la réception d’un colis suspect, à l’automne 2013 à l’Assemblée nationale, aurait démontré qu’il y avait une faille» dans la sécurité, ce qui aurait motivé l’organisation de la mission cet hiver, a-t-on appris.

Du côté de l’Assemblée nationale, le conseiller en communication, Jean-Philippe Laprise, confirme l’organisation de la mission par le bureau de l’Assemblée nationale.

«Cette mission visait à prendre connaissance des méthodes, normes et pratiques de l’Assemblée nationale et du Sénat français en matière de sécurité dans les parlements dans un contexte de mises à jour en continu de nos propres méthodes et pratiques», a-t-il répondu via courriel.

Pourquoi avoir fait participer des parlementaires à une telle mission ? «Parce qu’il s’agit d’une question d’intérêt pour les parlementaires et que la sécurité est sous la responsabilité du président de l’Assemblée nationale du Québec», a-t-il écrit.

Selon nos informations, un rapport devrait être rendu en lien avec cette mission.

Il n’a pas été possible, toutefois, de savoir à quand remonte la dernière révision des normes de sécurité, une information non divulguée «pour des raisons de sécurité», a précisé le conseiller en communication.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le parlement de Québec

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.