Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Québec enquêtera sur cinq suicides à Uashat-Maliotenam en 2015

Radio-Canada

La coroner en chef, Catherine Rudel-Tessier, déclenche une enquête publique pour faire la lumière sur les causes et les circonstances de cinq suicides survenus en 2015 dans la communauté innue de Uashat-Maliotenam.

Elle sera menée par le coroner Bernard Lefrançois, un résident de Sept-Îles qui dessert la Côte-Nord depuis près de 20 ans.

L'enquête vise à examiner les cas de Nadeige Guanish, 18 ans, et de quatre autres personnes âgées de 21 ans à 46 ans.

Selon la coroner en chef, l'enquête « permettra à la population, et plus particulièrement aux membres de la communauté de Uashat-Maliotenam, de mieux comprendre la problématique liée aux suicides dans leur milieu ».

Après avoir recueilli des faits et des témoignages, le coroner Bernard Lefrançois pourra aussi formuler des recommandations qui visent « à éviter des décès semblables ».

Une enquête attendue

En novembre dernier, Québec a demandé la tenue d'une enquête publique pour déterminer les causes et les circonstances du suicide de Nadeige Guanish.

Le conseil de bande de Uashat-Maliotenam a salué la décision de Québec, mais il réclame aussi des « mesures concrètes » pour mettre fin à la vague de suicides qui ébranle la communauté d'environ 4 400 personnes.

Les mesures réclamées par le conseil de bande :

  • Un meilleur financement du Service de police de Uashat-Maliotenam afin de mieux intervenir dans la communauté
  • La création d'escouades mixtes avec les différents services de police pour réduire la disponibilité de se procurer des substances illicites
  • Le soutien à la communauté pour des programmes de prévention et la promotion d'un mode de vie sain
  • Le soutien aux intervenants en situation de crise et la mise en place d'un programme de suivi pour éviter les rechutes
  • Le développement de services avec les partenaires du réseau québécois pour des besoins spécialisés

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.