Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Au tour de François Lambert de donner son avis sur Catherine Dorion

«Catherine Dorion est comme un enfant qui veut aller jouer au parc avec des amis, mais tasse tout le monde du carré de sable», a-t-il déclaré sur sa page Facebook.

Après que plusieurs autres ont émis leur opinion sur la question, l’homme d’affaires François Lambert a donné son avis sur l’intervention de Catherine Dorion à la commission parlementaire sur l’avenir des médias québécois par l’entremise de sa page Facebook.

Mme Dorion avait déclaré plus tôt cette semaine, à son arrivée à l’avant-dernière journée de la commission parlementaire, que selon ce qu’elle avait expérimenté, «[il y a une] culture d’autocensure [à Québecor] qui dit : voici ton carré de sable, et si tu en sors, on va t’appeler et te dire que ce n’est pas là qu’il faut que tu ailles ».

Elle-même blogueuse chez Québecor - au Journal de Québec - de 2016 à 2018, elle questionnait Pierre Karl Péladeau sur la réelle liberté de presse qu’auraient les journalistes dans l’éventualité où il achetait Capitales Médias : «M. Péladeau, si vous achetez Capitales Médias, comment pouvez-vous nous garantir qu’il n’y aura pas six journaux de plus où il sera tabou de vous critiquer, vous ou Québecor, qu’il n’y aura pas six journaux de plus qui vont faire la promotion de tout ce que vous possédez?»

À l’intervention de la députée solidaire, François Lambert rétorque dans sa publication Facebook qu’elle «ne connaît définitivement rien à l’esprit d’équipe». Selon lui, ce n’est qu’une question de bon sens; un employé ne devrait pas déclarer publiquement que son patron est un «trou de cul» et «ce n’est pas de la censure, c’est d’être intelligent de ne pas l’écrire.» Il avoue par la suite que parfois, lui-même se «“censure” sur [s]a page».

«Il y a des fois que je viens pour écrire quelque chose et je me dis: «Ouais, ça peut avoir des conséquences majeures sur certaines entreprises » alors je me tiens loin du clavier», dit-il.

Il termine son commentaire en faisant un clin d’oeil à la déclaration de Mme Dorion: «Catherine Dorion est comme un enfant qui veut aller jouer au parc avec des amis, mais tasse tout le monde du carré de sable.»

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.