Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

«Tout le monde en parle»: Ingrid Falaise a trouvé «extrêmement difficile» de voir son histoire à l'écran

«Tous les plans qui ont été tournés, je les ai reçus à la maison et je les ai apprivoisés tranquillement...»

Ingrid Falaise et les comédiens Rose-Marie Perreault et Mehdi Meskar étaient de passage sur le plateau de Tout le monde en parle, ce dimanche 24 février, pour parler de la nouvelle série Le Monstre, disponible depuis jeudi dernier sur ICI Tou.tv Extra.

Le Monstre est inspirée du récit autobiographique du même nom paru en 2015 aux éditions Libre Expression, dans lequel Ingrid Falaise fait état de la violence conjugale dont elle a été victime.

Si Rose-Marie-Perreault fut évidemment très touchée d'obtenir le rôle de Sophie (le pseudonyme d'Ingrid Falaise dans la série comme dans le livre), elle était également consciente du défi que cela représentait.

«C'est tellement complexe comme histoire. J'avais peur qu'on juge Sophie, qu'on ne comprenne pas pourquoi elle retournait constamment vers M malgré le fait qu'il la batte, qu'il l'insulte, a-t-elle expliqué. Je savais que j'aurais un travail colossal à faire comme interprète, et je me demandais si je serais à la hauteur.»

La comédienne a aussi confié qu'Ingrid Falaise avait été «vaillante et respectueuse» à son égard, faisant tout pour l'aider à se libérer de la pression qu'elle pouvait se mettre sur les épaules.

«Je jouais l'histoire d'Ingrid, mais je jouais aussi Sophie. Donc il y avait une part de fiction, et je jouais aussi un personnage universel. Toutes les femmes victimes de ce genre de violences étaient quelque part en moi.»

Karine Dufour via Radio-Canada

Le monstre

De son côté, Mehdi Meskar a dit avoir accepté le rôle de M pour dénoncer ce type de comportements.

«J'espère que les gens vont détester ce personnage et se rendre compte des mécanismes qu'il utilise pour manipuler Sophie», a-t-il déclaré.

«Je pense que c'est un rôle intéressant à explorer en tant que comédien, mais c'est sûr que ce qui m'a vraiment porté tout au long du tournage, ce sont les discussions que j'ai eues avec Ingrid, qui m'ont vraiment rassuré sur le message positif que la série voulait porter.»

Mehdi Meskar s'est également prononcé en ce qui a trait à la peur de véhiculer certains préjugés par rapport aux origines de son personnage.

«Je pense que c'est bien clair que la violence dans les relations amoureuses est universelle. Elle n'a pas de religion, elle n'a pas de visage et elle n'a pas d'âge, a-t-il expliqué. Ils ont fait attention à l'écriture du scénario de mettre d'autres personnages maghrébins qui sont super sympathiques et qui sont eux-mêmes terrorisés par M.»

La reconstruction

Ingrid Falaise n'a pu retenir ses larmes en revoyant les images de son passage à Tout le monde en parle en 2015.

«Je trouve ça très beau de voir ça, parce que je vois tout le chemin parcouru depuis», a-t-elle confié.

La principale intéressée a également expliqué que de voir son histoire sur écran avait été «extrêmement difficile» au départ.

«Mon processus a été de demander à la production de voir tous les rushs, toutes les scènes. Tous les plans qui ont été tournés, je les ai reçus à la maison et je les ai apprivoisés tranquillement, à mon rythme.»

Ingrid Falaise est également revenue sur son passé pour expliquer comment elle avait pu faire fi de tous les «signaux d'alarme».

«C'est tellement difficile de quitter un M, parce que la manipulation est insidieuse, sournoise», a-t-elle confié. Ça n'arrive pas du jour au lendemain. Ça s'installe petit à petit et on le voit très bien dans la série.

Chaque histoire de violence conjugale commence par une histoire d'amour. C'est ça qui est paradoxal, qui est complexe, qui est difficile à concevoir. Parce que c'est ton amoureux qui te fait du mal.»

Briser le silence

Ingrid Falaise a finalement partagé être «tellement heureuse» aujourd'hui, et ne plus être la même personne qu'il y a quatre ans, n'hésitant d'ailleurs pas à qualifier son cheminement de «phénoménal». Ce bonheur retrouvé, elle le doit en grande partie à l'écriture.

«Les M nous entretiennent dans le silence, c'est leur arme la plus forte [...] C'est comme si tu avais un brasier à l'intérieur qui est toujours vivant. Et un jour, il va t'enflammer.»

«Écrire ces livres-là, ç'a extirpé le mal. Écrire, c'est thérapeutique, mais se faire valider dans le regard des autres aussi [...] J'ai pu avoir un enfant parce que j'ai enlevé tous les boulets que je traînais depuis longtemps.»

L'auteure espère aujourd'hui servir d'exemple, et inspirer les autres victimes de violence conjugale à «oser briser le silence» à leur tour.

La série Le monstre est disponible dans son intégralité sur ICI Tou.tv Extra.

À voir également:

«Le Monstre»

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.