Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

«Tout le monde en parle»: Mike Ward fait le point sur sa dépression et ses nombreux propos controversés

«Si quelque chose est déjà naturellement drôle, pourquoi je ferais des jokes là-dessus?»

Mike Ward était de passage sur le plateau de Tout le monde en parle, ce dimanche 4 novembre, pour parler de Noir, son cinquième spectacle solo, de dépression, ainsi que des nombreuses controverses au coeur desquelles il s'est retrouvé au cours des dernières années.

Dans son nouveau spectacle, l'humoriste le plus controversé du Québec traite notamment de suicide, d'agression sexuelle, de dépression, d'alcoolisme et de menaces de mort.

«Ce ne sont que des sujets légers, a d'abord blagué le principal intéressé. J'essaie de trouver le drôle là où il n'y a rien de drôle.»

«Parce que c'est vrai que la mort, il n'y a rien de drôle là-dedans, mais il y a moyen de rendre ça drôle. Je pense que ce sont des sujets qu'il est important de rendre drôles. Si quelque chose est naturellement drôle, pourquoi je ferais des jokes là-dessus?»

Liberté d'expression

Mike Ward est évidemment revenu sur le procès l'opposant au Tribunal des droits de la personne et à Jérémy Gabriel, à qui il a été condamné à verser 42 000 $ en 2016 pour propos discriminatoires.

L'humoriste a d'ailleurs porté ce jugement en appel, car pour lui, il va à l'encontre de la liberté d'expression. «Si on perd, on va aller en Cour suprême», a-t-il indiqué.

«Je ne voulais pas payer, parce que si je paye, je crée un précédent qui devient dangereux pour tout le monde. Si moi je paye, ça veut dire que dans deux ans ils peuvent aller voir un show de Martin Matte et dire: "Le bout où tu parlais de telle affaire, moi je n'ai pas aimé ça, ça m'a choqué. Donne-moi 20 000 $."»

Mike Ward a d'ailleurs confié que ce qui avait découlé de ce procès avait mené à sa dépression, pour laquelle il a refusé de consulter.

«Je me suis guéri avec le temps, puis en prenant des bains. Je restais dans le bain quatre heures de temps [...] Je buvais pas mal, et je passais mes journées dans le bain», a-t-il confié.

Mike Ward à «Tout le monde en parle» le 4 novembre 2018.
Karine Dufour via Radio-Canada
Mike Ward à «Tout le monde en parle» le 4 novembre 2018.

Voleurs de blagues

Mike Ward a ensuite été invité à apporter certaines clarifications en ce qui a trait à ses déclarations au sujet de François Massicotte et de Gad Elmaleh, qu'il avait qualifiés publiquement de voleurs de blagues.

«Je suis le shérif de l'humour», a d'abord blagué l'humoriste avant d'expliquer que, dans le cas de François Massicotte, il s'agissait simplement d'une blague qui avait mal tourné.

«C'était juste une joke malhabile, et après c'a spinné. Sa blonde [Bianca Longpré, ndlr] m'a écrit, j'ai voulu lui répondre, mais elle m'avait bloqué [...] On dirait que je ne pense pas des fois [...] Massicotte m'a appelé, et on a réglé ça au téléphone.»

Mike Ward s'est toutefois montré beaucoup plus tranchant dans le cas de Gad Elmaleh.

«Il a volé beaucoup de numéros à beaucoup de mes amis [...] Le problème avec Gad, c'est qu'il est tellement riche, tellement puissant, que le monde ont peur de lui. Moi je n'ai rien à perdre comme j'ai pas mal tout perdu. Je vais donc l'attaquer vu que personne d'autre ne le fait.»

Ward a ensuite expliqué comment il avait été lui-même accusé d'avoir plagié un gag de l'humoriste américain Sam Kinison.

«J'avais fait la joke, et personne ne me l'avait dit. Moi, dans ma tête, c'était ma joke. Quelqu'un m'a dit que ça ressemblait beaucoup à Sam Kinison, et il avait raison [...] Ce n'était pas la même joke, mais c'était la même idée.»

«Sam Kinison, quand j'étais jeune, c'était mon idole, donc c'est clair que je l'ai volé sans le savoir [...] Quand je l'ai réalisé, j'ai arrêté de faire la joke, mais il était trop tard, je l'avais déjà faite dans mon premier DVD.»

Pour faire amende honorable, Mike Ward a financé un puits en Afrique par l'entremise du site thewaterproject.org. Mais plutôt que de faire graver son nom sur ledit puits, il a plutôt fait inscrire la phrase: «Une joke sale a payé pour votre eau propre».

Mike Ward présentera son cinquième one-man-show, Noir, à compter de janvier 2019.

Êtes-vous dans une situation de crise? Besoin d'aide? Si vous êtes au Canada, trouvez des références web et des lignes téléphoniques ouvertes 24h par jour dans votre province en cliquant sur ce lien.

À voir également :

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.