Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Tout un défi attend les juniors canadiens

TORONTO, ON - DECEMBER 11: Brayden Point looks to pass the puck during the World Junior hockey hockey selection camp in Toronto, Ontario. (Todd Korol/Toronto Star via Getty Images)
Todd Korol via Getty Images
TORONTO, ON - DECEMBER 11: Brayden Point looks to pass the puck during the World Junior hockey hockey selection camp in Toronto, Ontario. (Todd Korol/Toronto Star via Getty Images)

Le Canada répétera-t-il sa performance de janvier dernier? Gagner un titre mondial n'est jamais une tâche facile. Mais l'équipe canadienne ne vise rien de moins que la médaille d'or au Championnat du monde de hockey junior, qui s'amorce samedi à Helsinki en Finlande.

En lever de rideau, le Canada affrontera les États-Unis, une formation qui devrait offrir une sérieuse opposition.

Et dire que la Suède semble favorite pour l'emporter, selon les experts européens, ajoutent au parcours difficile du Canada qui retrouvera aussi cette formation au sein de son groupe au tour préliminaire.

La formation suédoise est expérimentée, un atout majeur à ce niveau de compétition. Pas moins de douze joueurs sont de retour à la suite de leur exprience de l'an dernier au Canada. Parmi eux, l'excellent William Nylander qui a été le premier choix des Maple Leafs de Toronto.

Si l'attaque et la défense paraissent de rivaliser avec ses plus sérieux concurrents, c'est devant le filet que se trouve la plus grande énigme. Le gardien Mackenzie Blakwood, suspendu, ne sera pas disponible pour les deux premières rencontre.

Mason MacDonald n'a pas été convaincant en matchs préparatoires. Justement contre l'équipe suédoise mercredi dernier, alors que les Canadiens ont comblé un retard de trois buts avant de l'emporter in extremis 7-6.

Dans le second groupe, la Finlande (gagnante en 2014) et la Russie (gagnante en 2011) devraient terminer le tour préliminaire dans le haut du classement et accéder aux éliminatoires. Les Tchèques et les Slovaques ne semblent pas avoir assez de profondeur pour les menacer.

Le hockey du bon vieux temps

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.