Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Transferts en santé : Gaétan Barrette dénonce la lenteur d'Ottawa (ENTREVUE)

OTTAWA – Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, ne se dit toujours pas «rassuré» dans le dossier des transferts en santé et demande à Ottawa d’annoncer ses intentions dans les plus brefs délais.

« Je ne peux pas croire qu’au gouvernement fédéral, on ne comprend pas quels sont les enjeux des provinces. On fait face, littéralement, à une stagnation des services dans les provinces et, potentiellement, à une décroissance s’il n’y a pas des ajustements », déplore-t-il en entrevue avec le Huffington Post Québec.

Les ministres des Finances se sont rencontrés de façon informelle dimanche soir, à la demande du Québec, afin de parler des investissements promis par les libéraux dans le domaine de la santé. Mais le ministre Carlos Leitão est revenu les mains vides, indique son collègue à la Santé.

Le ministre veut des engagements clairs du fédéral. (Photo : Alice Chiche)

De son côté, le ministre Barrette dit avoir eu des discussions « tout à fait ouvertes, franches et – je dirais même – constructives » avec son homologue fédérale à la Santé, Jane Philpott. Il assure qu’il y a pas de problème de communication avec elle.

« C’est le gouvernement fédéral qui, manifestement, tarde à prendre position. Alors, en ce qui me concerne, je ne suis pas encore rassuré sur l’évolution des choses », poursuit-il, ajoutant que c’est le niveau des soins et des services en santé qui en dépend.

En 2011, le gouvernement Harper avait décidé de changer la façon de calculer les transferts en santé afin de les réduire à la croissance du PIB – avec un seuil minimum de 3% - à partir de 2017-2018.

Le ministre Barrette souhaite qu’Ottawa maintienne les transferts versés à Québec et aux autres provinces au niveau actuel, soit 6%, jusqu’à ce qu’il couvre 25% du coût total des soins en santé.

Tenir compte des efforts des provinces

L’équilibre budgétaire de Québec s’est fait au prix des compressions dans le système de santé, et le gouvernement Trudeau doit en tenir compte lorsqu’il annoncera ses investissements en santé, dit le ministre Barrette.

« Le gouvernement fédéral ne peut pas faire abstraction des efforts des provinces, comme le Québec, pour assainir leurs finances publiques. Je vous rappelle que le Québec aura tout fait pour revenir à l’équilibre budgétaire et c’est fait. Mais c’était au prix de compressions dans le système de santé. Ce ne peut pas être mis de côté », avertit-il.

Qui plus est, le gouvernement fédéral doit s’assurer d’appuyer les gouvernements provinciaux au moment où ils doivent composer avec le vieillissement de la population – phénomène plus marqué au Québec qu’ailleurs au Canada.

Questionnée au sujet des transferts, la semaine dernière, la ministre Philpott a répondu qu’elle espérait présenter un nouvel accord avec les provinces « plus tard cette année ».

D’autres discussions seraient à venir entre le fédéral, les provinces et les territoires au sujet de la santé. Mais pour l’instant, Ottawa n’a pris aucun engagement clair pour le prochain budget et le temps presse, rappelle le ministre Barrette.

« Ce sont des décisions qui ne peuvent pas se prendre à la dernière minute. On sait très bien que c’est maintenant, durant l’été et en septembre ou en octobre, au maximum, que le gouvernement fédéral va avoir construit son budget. Alors nous, on s’attend à des réponses à l’automne. »

INOLTRE SU HUFFPOST

Quelques statistiques sur la santé des Canadiens

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.