Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Un autre député libéral, Robert Dutil, démissionne (VIDÉO)

QUÉBEC – Dure rentrée parlementaire pour le premier ministre Philippe Couillard. Après Marguerite Blais et Gilles Ouimet, voilà que le député libéral Robert Dutil annonce son départ de la vie politique.

«J’ai eu à prendre une décision extrêmement difficile devant une opportunité professionnelle qui m’a été présentée», a fait valoir le député de Beauce-Sud dans un communiqué émis mardi matin.

Robert Dutil deviendra vice-président sénior au sein de l'entreprise familiale Canam-ponts. Il entrera en fonction le 28 septembre 2015.

Le député a annoncé qu’il versera son allocation de transition, et «tout avantage fiscal qui pourrait découler d’un tel don», à un organisme sans but lucratif, la Maison Catherine de Longpré. L'organisme relève d'une fondation du même nom présidé par le frère du député, Marcel Dutil.

Selon le Journal de Québec, la prime de départ de Robert Dutil s'élève à 149 670$.

Le premier ministre Couillard devra déclencher une élection partielle d’ici six mois pour remplacer le député de Beauce-Sud. Il s’agit du huitième député à quitter la vie politique depuis l’élection d’avril 2014.

Le départ de Robert Dutil a relancé le débat sur les allocations de transition. En point de presse au côté de son collègue démissionnaire, Philippe Couillard a ouvert son jeu sur une piste de compromis proposée par les libéraux aux autres formations politiques.

«On est prêt à discuter de date d'entrée en vigueur différente (de la loi), pour la question des primes de départ, qui pourrait être réglée très rapidement, et des autres questions qui doivent également être discutées», a dit le premier ministre.

L'allocation de transition pourrait donc être abolie dès la sanction d'une loi sur la rémunération des députés qui règlerait la question une fois pour toutes. Les autres mesures qu'elle contient, régime de retraite, etc., entreraient en vigueur au prochain mandat, en 2018.

«Je suis prêt à ce qu'on agisse plus rapidement pour les primes de départ, mais il faut également parler du reste. Parce qu'une fois qu'on aura réglé les primes, on va nous demander un projet de loi sur les régimes de retraites. Une fois qu'on aura réglé les retraites, on va nous demander un projet de loi sur les primes non imposables», a dit M. Couillard.

Les libéraux sont favorables à la mise en oeuvre du rapport du comité sur la rémunération des élus présidé par l'ex-juge Claire L'Heureux-Dubé, qui plaidait pour l'élimination des primes, mais en contrepartie d'une hausse des salaires des élus.

De leur côté, le Parti québécois comme la Coalition avenir Québec réclament la fin immédiate des allocations de transition. Mais pour avancer, ce dossier requiert l'accord de toutes les formations.

Avec La Presse canadienne

INOLTRE SU HUFFPOST

Tête de Slinky

Quelques mots interdits à l'Assemblée nationale

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.