Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Un Japonais banni de Twitter pour une photo de moustique écrasé

Tout ça pour l'avoir écrasé!

On ne rigole pas avec la maltraitance animale. Alors qu'il avait publié sur Twitter une photo d'un moustique qu'il avait fièrement écrasé (et menacé de mort), un internaute japonais a eu la mauvaise surprise de voir son compte suspendu, rapporte notamment la BBC.

Dimanche 20 août, il avait simplement partagé sa victoire contre l'insecte désagréable dans un tweet: "Quand arrêteras-tu de me piquer partout alors que j'essaie juste de me détendre et de regarder la télé? Meurs! (En fait, tu es déjà mort)."

Cela n'est pas passé auprès de la plateforme de micro-blogging qui a contacté l'internaute par e-mail pour lui indiquer la suspension immédiate et définitive de son compte.

Remonté contre le réseau social, l'intéressé a créé un nouveau compte pour faire savoir qu'il ne comprenait pas cette décision. Son tweet a été relayé plus de 33 000 fois par les utilisateurs japonais en quelques jours.

"Mon précédent compte a été suspendu définitivement après que j'ai dit avoir tué un moustique. Est-ce une violation?"

La direction de Twitter n'a pas répondu à sa publication mais il faut savoir que les bannissements sont bien souvent automatiquement orchestrés par des algorithmes. Le réseau social a par ailleurs développé de nouvelles règles d'utilisations pour modérer les contenus sur la plateforme en repérant certains mots clés qui peuvent offenser les utilisateurs.

Twitter -comme d'autres réseaux sociaux à l'image de Facebook- est régulièrement accusé de ne pas agir suffisamment (voire de ne pas agir du tout) pour endiguer le flux d'images choquantes, notamment à l'occasion d'attentats.

Ce texte a été publié originalement dans le HuffPost France.

VOIR AUSSI:

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.