Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Une avocate exilée est inquiète pour les droits de la personne au Venezuela

Dans la foulée des perturbations sociopolitiques au Venezuela, l'avocate Jannefer Graterol craint pour les droits des Vénézuéliens. Arrivée à Saskatoon il y a environ un mois, cette exilée accuse le gouvernement de son pays d'origine d'emprisonner des manifestants pacifiques.

Un texte de Marc-Antoine Bélanger

Elle affirme avoir été en danger de mort parce qu'elle est associée au camp s'opposant au président du Venezuela Nicolas Maduro, qui appelle aujourd'hui au vote pour la controversée Assemblée constituante.

« Le gouvernement accuse les gens qui manifestent pacifiquement dans les rues d'être des terroristes. Ils n'ont même pas d'armes! Parce que les manifestants ne sont pas en accord avec l'idéologie du président Maduro, ils sont considérés comme des terroristes », explique Mme Graterol qui exerce le droit au Venezuela depuis 23 ans.

Les opposants au gouvernement Maduro sont mis sur des listes noires. Lorsqu’ils sont arrêtés, ils finissent soit en prison, soit ils sont tués.

Jannefer Graterol garde un souvenir intact des corps policiers et militaires du pays qui réprimaient la population descendue dans la rue pour manifester son mécontentement.

Selon l’avocate, le gouvernement Maduro brime le droit à la liberté d’expression des Vénézuéliens pour garder le contrôle et le pouvoir.

Le scrutin pour élire les 545 membres de la future Assemblée se déroule sous la haute surveillance de l’armée, après quatre mois de manifestations qui ont fait plus de 115 morts. Par ailleurs, Mme Graterol croit que les gens vont s’abstenir de voter parce qu’ils craindront les représailles qu’ils pourraient subir dans la rue.

L’exilée espère plus que tout que le climat politique de son pays se calmera avant que son visa n’expire en décembre prochain.

Je veux un Venezuela démocratique.

Elle souhaite également que la nourriture et les médicaments soient de nouveau accessibles à la population le plus rapidement possible.

Avec les informations de Radio-Canada, d’Agence France-Presse, de Reuters et de BBC

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.