Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Une présumée pirate informatique est arrêtée par la GRC dans Lanaudière

JOLIETTE, Qc - Une femme de 27 ans de la région de Lanaudière, soupçonnée de piratage informatique, a été arrêtée par la GRC.Les enquêteurs du Groupe intégré sur la criminalité technologique la soupçonnent d'être à l'origine d'un réseau botnet, soit un regroupement d'ordinateurs infectés par un virus et contrôlés à distance par un pirate informatique. Une perquisition a été effectuée dans sa résidence de Saint-Alphonse-de-Rodriguez, mercredi.La suspecte aurait utilisé un logiciel malicieux d’accès à distance pour contrôler les ordinateurs infectés et espionner les victimes par le biais de leur caméra web. L’enquête a démontré que la suspecte aurait persécuté ses victimes de différentes façons, notamment en écoutant des conversations privées et en communiquant avec les victimes par les haut-parleurs de l’ordinateur infecté.Elle aurait également effrayé ses victimes en prenant le contrôle de leur ordinateur et en ouvrant des pages web de pornographie extrême. Les victimes, dont certaines d'âge mineur, se trouveraient tant au Canada qu’à l’international.La prévenue aurait aussi diffusé des vidéos sur Youtube où on la voit prendre le contrôle des ordinateurs infectés et effrayer ses victimes. De plus, elle serait propriétaire d’un forum de piratage en ligne comptant 35 000 usagers dans le monde. Ce forum, qui était hébergé au Canada, a été saisi.Du matériel informatique a également été saisi chez la suspecte.La jeune femme doit comparaître mercredi après-midi au palais de justice de Joliette. Elle fera face à des accusations d’utilisation non autorisée d’un ordinateur et de méfait concernant des données en vertu du Code criminel.L’opération s’est déroulée avec l’assistance de la Sûreté du Québec.

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.