Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Vancouver: Du sexe contre un loyer moins cher

PHILIPPE MOULIER/ICI RADIO-CANADA

La crise du logement à Vancouver encourage des propriétaires à proposer des chambres à louer bon marché ou même gratuites en échange de faveurs sexuelles.

Les annonces apparaissent notamment en ligne sur le site Craigslist dans la catégorie location immobilière : « Besoin d'une personne pour m'aider dans les tâches à la maison et pour massages, dit une de ces annonces. Une femme de préférence. En retour, elle aura sa propre chambre dans une maison lumineuse. »

La porte-parole du refuge pour femmes Rape Relief, Samantha Grey, déplore le fait que des gens exploitent de jeunes femmes en difficulté financière ou des immigrantes qui ne parlent pas bien anglais.

Elle trouve que la police devrait s'attaquer à ces annonces qui s'apparentent à de la prostitution. En effet, dit-elle, les propriétaires achètent des faveurs sexuelles avec un logement et non pas de l'argent.

« Si la police de Vancouver suivait la loi, ils pourraient arrêter ces hommes qui sollicitent du sexe, » affirme Mme Grey, car il est illégal au Canada de payer quelqu'un en échange de faveurs sexuelles.

D'après un reportage d'Audrey Plat

VOIR AUSSI

Craziest Vancouver Real Estate Stories Of 2015

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.