Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La vente de cannabis ne doit pas devenir la vache à lait des gouvernements

This picture taken on March 16, 2017 shows an employee collecting legal cannabis plants in the greenhouse of Switzerland's cannabis producer KannaSwiss in Koelliken.The company procudes high cannabidiol (CBD) content cannabis with THC (psychoactive component) content below the Swiss legal limit. KannaSwiss sell medicinal oil and flowers to smoke. / AFP PHOTO / Fabrice COFFRINI (Photo credit should read FABRICE COFFRINI/AFP/Getty Images)
This picture taken on March 16, 2017 shows an employee collecting legal cannabis plants in the greenhouse of Switzerland's cannabis producer KannaSwiss in Koelliken.The company procudes high cannabidiol (CBD) content cannabis with THC (psychoactive component) content below the Swiss legal limit. KannaSwiss sell medicinal oil and flowers to smoke. / AFP PHOTO / Fabrice COFFRINI (Photo credit should read FABRICE COFFRINI/AFP/Getty Images)

La vente légale de marijuana générera d'importantes recettes fiscales, mais l'Institut C.D. Howe estime que les gouvernements devront résister à la tentation d'en vouloir plus et plus vite s'ils ne veulent pas provoquer un retour au marché noir.

Dans une étude qui doit être publiée mardi, l'Institut C.D. Howe estime que la vente légalisée de cannabis pourrait apporter des recettes d'environ 675 millions $ en 2018 dans les coffres des gouvernements provinciaux et fédéral, par le biais des taxes de vente existantes.

Par contre, si les gouvernements décidaient d'être plus gourmands et d'imposer de nouvelles taxes sur le cannabis pour augmenter leurs rentrées fiscales, les consommateurs pourraient alors se tourner vers le marché noir, comme c'est souvent le cas avec les produits du tabac.

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau déposera jeudi son projet de loi qui vise à légaliser la vente de marijuana à des fins récréatives. Le but du gouvernement est de retirer ce marché des mains du crime organisé et de protéger les jeunes Canadiens.

L'auteure de l'étude, Rosalie Wyonch, estime qu'à un prix de 9 $ le gramme, 90 pour cent du marché serait légal si le cannabis était frappé des taux de taxes de vente existants. Par contre, si les gouvernements voulaient tirer environ 1 milliard $, en haussant leurs taxes sur le cannabis, les ventes illicites pourraient alors revenir s'accaparer jusqu'à la moitié du marché.

Voir aussi:

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.