Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Véronique Hivon veut ramener le tarif unique en CPE

Véronique Hivon promet de mettre fin à la modulation des tarifs de garderie dans les Centres de la petite enfance (CPE) si elle remporte la course à la direction du Parti québécois (PQ) et devient première ministre du Québec.

« Il est temps de comprendre que c'est un investissement d'aller vers la petite enfance et non une dépense », a lancé la députée de Joliette en entrevue avec Radio-Canada. Selon elle, les CPE québécois font l'envie des familles à travers le monde, mais peinent de plus en plus à remplir leur mandat.

«Le gouvernement Couillard dévalorise les CPE et les déconstruit geste après geste. C'est très grave.» — Véronique Hivon, candidate à la direction du Parti québécois

Si elle devient chef du PQ et première ministre du Québec, Véronique Hivon s'engage à rétablir le tarif unique pour tous les enfants en CPE et ce, peu importe le revenu de leurs parents. Elle estime que la modulation des frais de garde par les Libéraux a poussé plusieurs familles à quitter le réseau public à la faveur d'établissements privés.

« C'est plus avantageux financièrement d'aller vers des garderies commerciales qui n'offrent pas le même encadrement », déplore-t-elle.

Mme Hivon réfute l'argument selon lequel les gens plus fortunés ont les moyens de payer davantage pour les services de garde de leurs enfants.

« Les gens ont déjà une différenciation par les impôts qu'ils paient, car ils sont progressifs », tranche-t-elle.

Meilleure détection des troubles d'apprentissage

Par ailleurs, Véronique Hivon prône une meilleure collaboration entre les centres de la petite enfance et le réseau de la santé et des services sociaux.

La candidate propose même la création d'équipes mobiles spécialisées en petite enfance afin de dépister plus rapidement les enfants qui nécessitent un soutien particulier (orthophoniste, orthopédagogue, etc.).

« C'est important de développer cette action concertée pour faire en sorte qu'on donne le maximum de chances à nos tout-petits », dit-elle.

Véronique Hivon évalue le coût de ses promesses à environ 200 millions de dollars.

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.