HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

anglais

Pour énormément de jeunes, l'anglais rime avec réussite et le français se voit relégué à un statut de vulgaire langue de maison, un joli bibelot qu'on garde bien précieusement chez soi sans trop l'en sortir.
Au 21e siècle, dans le monde mondialisé qui est le nôtre, avoir un État indépendant est-il suffisant pour assurer la protection d’une langue?
La science ne se range pas du côté de ceux qui s'inquiètent de l'avenir du français.
«L’affaire Adidas» n’est qu’une facette de la problématique multidimensionnelle de la place du français comme langue de communication, de travail et d’usage au Québec.
 Au terme d'un débat passionné, les jeunes du Parti libéral du Québec ont rejeté dimanche une proposition.
Au Québec comme ailleurs au Canada, le français perd du terrain comme langue d'usage à la maison.
Une tendance qui en surprend plusieurs.
Elle a compris «Now jump» au lieu de «No jump».
Quand je laisse ma ville d'adoption pour me retrouver à Montréal, j'aime redécouvrir ma culture, ma langue. Mais quand j'entends de plus en plus parler anglais, dans des quartiers francophones, je deviens triste.
Si le mouvement patriote avait réussi, nous aurions évité un retard d'un siècle au moins. Il prônait la démocratie, le vote des femmes, les droits des Autochtones, l'école obligatoire et gratuite, la séparation de l'État et de l'Église.