HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

autochtones

Ces capsules sur le racisme sont hilarantes... et un peu confrontantes.
«Les lumières de la rue Peel sont une initiative impressionnante qui rend vraiment hommage au coeur de notre société», a réagi le conseil de bande de Kahnawake.
Je suis allé porter des fleurs aux proches de Joyce Echaquan. C’est quand je suis arrivé que j’ai compris l’ampleur du geste que je venais de poser.
Marquée très tôt par le décès de sa mère, Nicole Janis Qavavauq-Bibeau milite pour mettre fin au cycle de violence vécu par les femmes autochtones.
Afin de ne pas reproduire les clichés racistes du célèbre dessin animé de 1953, Disney dit avoir repensé le rôle.
Je revois dans ma tête des dizaines de conversations avec des patients qui me supplient – qui négocient – pour ne pas «être descendus» à Joliette, par peur des soins, de l’accueil, de ne pas être compris, de ne pas être entendus, d’être dénigrés.
Le choix de l'ancien porte-parole du SPVM pour dialoguer avec les communautés autochtones fait craindre le pire à certains.
Une organisatrice de la manifestation estime qu'il est grand temps que nous vivions notre propre «moment George Floyd».
Le décès de Joyce Echaquan à l’hôpital de Joliette a ébranlé le Québec. Mais dans les communautés autochtones, la tragédie
Ses proches souhaitent voir les «gestes discriminatoires et répétés» à l'endroit des Autochtones cesser.
La mère de famille atikamekw est décédée lundi à l'hôpital de Joliette après avoir enregistré les insultes racistes dont elle a fait l'objet de la part du personnel soignant.
«Tous les Innus crieront ton histoire, pour que cela ne se produise plus jamais.»
La famille Echaquan a appris le renvoi d'une des infirmières ayant fait preuve de racisme à l'endroit de la patiente par l'entremise des médias.
La mère de sept enfants a été victime de racisme à l'hôpital de Joliette dans les heures qui ont précédé sa mort.
En plus d'être un euphémisme gênant, c'est de l'appropriation culturelle.
Il est temps d'interdire l'utilisation d'une arme liée aux fausses couches et aux troubles menstruels.
Tout ce dont cette bambine de 6 mois a besoin, c'est sa balançoire et elle est prête à se trémousser!
Les élèves d'une école de Hamilton, en Ontario, ont reçu les consignes de se mettre dans la peau de colons européens.
«Je suis surprise qu’on doive encore expliquer aujourd’hui pourquoi ces termes-là sont désuets et pourquoi ça peut être offensant pour des personnes autochtones.»