HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

canadiens francais

Lors de la célébration du 150e anniversaire de la fédération canadienne, on célébrera ses grandes réalisations en passant sous silence les crimes commis par les Anglais colonisateurs et les Anglais fédéraux. Voici la liste toute brute de ces crimes sans nuances ou perspectives historiques.
Aujourd'hui, je fête mon 75e anniversaire. Que d'histoires j'ai à raconter! Autant la mienne, que celle de mon pays, que celle de la Révolution tranquille qui a coulé dans mes veines.
Des Canadiens français du XIXe siècle sanguinaires et impitoyables dans The Revenant d’Alejandro Iñárritu, il n’en fallait
Un Québécois moderne et debout dit toujours que l'anglais c'est important dans le monde d'aujourd'hui, mais que le français doit être la langue commune sur le territoire québécois.
Dans un Québec dominé par les industries anglaises, qui aurait pu croire que le peuple canadien-français serait un jour jugé pour des crimes racistes par le tribunal de l'Acceptation de l'Autre alors qu'il était lui-même victime de discrimination?
Le temps passé en camp de réfugiés peut être utilement mis à profit pour faire un apprentissage du français. Ce serait la responsabilité du gouvernement québécois de s'y employer.
Durant le premier siècle de la Confédération, toutes les provinces à majorité anglaise ont aboli les droits scolaires des collectivités francophones... L'objectif était clair: limiter l'usage du français à la seule «réserve» du Québec. Ça n'a pas donné les résultats escomptés et en 2015, la nation demeure - envers et contre tous, y compris le gouvernement Couillard - essentiellement francophone.
Rappelons-nous la révolte des Patriotes. Bien que la liberté religieuse n'est pas l'enjeu central, elle est un des enjeux essentiels de ce combat.
Les souverainistes sont des rêveurs qui doivent apprendre à rêver autrement. S'ils dérangent assez la quiétude canadienne-française pour qu'on leur ordonne de renoncer, c'est sans doute qu'ils n'ont pas dit leur dernier mot.
Celui qui s'apitoie sur son sort risque de demeurer insensible à la souffrance d'autrui. L'incapacité des Canadiens d'expression française à s'imaginer dans un rôle autre que celui de victime influence leur perception des événements marquants de l'Histoire.
Le multiculturalisme canadien feint, sous le couvert d'un humanisme calqué sur un concept de société ouverte, de respecter la multiculturalité ethnique de l'ensemble du pays. Pourtant rien n'est moins vrai, car ce multiculturalisme s'établit aux dépens du poids vital du peuple canadien-français et des Premières nations au Canada.
Plusieurs facteurs déterminent l'avenir des minorités françaises hors Québec, dont leur propre volonté de s'épanouir. Mais un Québec fort et non indifférent au sort des Canadiens-français du ROC contribuerait à fonder une dynamique constructive. Un Québec qui n'a toutefois pas assumé un rôle politique avéré depuis très longtemps, malgré la tiède création d'un organisme de façade dit Centre de la francophonie des Amériques.