HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

caricatures Mahomet

Les non-musulmans n'ont absolument pas à considérer comme recevables les dogmes et les pratiques de l'islam. En vertu de la liberté de pensée et d'expression, ils ont le droit de les condamner et de s'en moquer.
Dans la vidéo, les deux protagonistes refusent de dire qu'ils ont dessiné le Prophète, par peur des représailles. Ces propos
Le recours à la Kalachnikov contre un crayon porte en lui le déni d'une réalité historique, tracée par des philosophes et des penseurs, qui nous montrent que le prophète a bel et bien été dessiné durant des siècles.
Ici, la religion d'État, c'est la liberté. On peut dire ce qu'on pense et on peut rire du sacré comme du sacrilège. La croyance, c'est la foi et la foi est une flamme qu'on doit éteindre en public.
L'Iran n'a vraiment pas apprécié la caricature du prophète Mahomet réalisée en "une" du dernier Charlie Hebdo. Si Téhéran
Le caricaturiste Luz s'est confié à Vice News dans une interview vidéo diffusée samedi 31 janvier sur YouTube à propos des
Depuis 15 ans, nul n'a autant porté atteinte à Mohamed que les musulmans eux-mêmes. A plus forte raison les intégristes et les terroristes auto-désignés soldats d'Allah et gladiateurs du prophète.
La différence entre Charlie Hebdo et Dieudonné, c'est que Charlie rit des terroristes là où Dieudonné rit avec les terroristes. C'est la différence entre l'humour et la haine, entre faire respirer la démocratie et vouloir la tuer. Que des journalistes anglo-saxons, des internautes ou de jeunes enfants ne fassent pas cette distinction est inquiétant.
En France un débat s'engage sur l'éducation et les efforts qui doivent être faits pour lutter en amont contre la radicalisation des jeunes. Mais tous les acteurs qui sont sur le terrain le disent : ce seront des petites choses qui changeront tout.
Il suffit de lire le coran ou l'ancien testament pour apprécier à quel point les châtiments envers les blasphémateurs, les apostats et autres mécréants ont été théorisés.
Le numéro de Charlie Hebdo mercredi 14 janvier, avec Mahomet en Une, comprend seize pages d'humour et d'hommages aux morts
Voici un article écrit en février 2006 suite à l'affaire des caricatures et qui reste à mon avis d'actualité. À l'époque, c'était le «politicaly correct» qui primait, les journaux et les médias au Québec n'avaient pas affiché leur solidarité avec le caricaturiste danois ni avec Charlie Hebdo.
Mercredi, trois individus abjects ont pensé que les armes étaient la meilleure façon de répondre à des dessins. Mercredi, ils ont pensé avoir tué Charlie alors qu'ils ne l'ont rendu que plus fort.
Si le New York Daily News et Al Jazeera décident de brouiller les caricatures du prophète Mahomet au sein de leur couverture médiatique, est-ce qu'ils informent davantage le grand public que la CBC qui, par exemple, refuse tout simplement de montrer les caricatures?
Il y a quand même une différence entre les loups solitaires de St-Jean sur Richelieu, du Parlement canadien et l'équipe semi-tactique qui a attaqué Charlie Hebdo. Trouvez l'erreur : ils ne sont pas restés là pour mourir au nom d'Allah.
Certains diront qu'ils sont morts pour rien. Que ça ne valait pas la peine de payer de sa vie pour blasphémer Mahomet. Évidemment, présenté sous cet angle...
Face à la barbarie, face à l'inhumanité, face au sang qu'on fait couler, faisons couler l'encre! Dessinons, écrivons, pensons et exprimons-nous, débattons; la plume sera notre arme.
De nombreux médias anglo-saxons ont volontairement masqué les caricatures de Mohamet lors du traitement de l'attentat de
Suivez-nous sur Twitter INOLTRE SU HUFFPOST L'identité des trois assaillants demeure inconnue, tout comme leurs éventuels
Quoi de plus approprié que de rendre hommage aux artisans de Charlie Hebdo à travers la caricature? De nombreux dessinateurs