HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

constitution-du-quebec

Depuis l'électrochoc du 7 avril 2014, je me suis questionné et j'ai discuté de nos erreurs, de nos réussites et des leçons à en tirer pour la suite. J'en suis venu à la conclusion qu'un changement de cap s'imposait au Parti québécois. Le temps est venu pour le PQ de renouer avec l'audace et de proposer une approche nouvelle. Une approche mobilisatrice, bien de son époque.
Les élections provinciales ne sont pas engagées sur une pente ascendante. Les couteaux volent bas, les politiciens font de la politique politicienne et le peuple est passablement désillusionné. Je ne serais pas surpris que le niveau d'abstention se rapproche des 30 % le jour du scrutin.
Si on se fit à l'histoire du Parti québécois, la Charte de la laïcité ne relève pas d'une idéologie républicaine, impliquant une participation populaire importante au processus décisionnel. La direction péquiste y voit un avantage concurrentiel pour se maintenir au pouvoir et accroître ses appuis plutôt que de travailler le projet politiquement inclusif et républicain d'une Constitution.
Après quatre ans de réflexion sur la question québécoise et l'impasse indépendantiste, je suis venu à la conclusion que nous devons ré-articuler le projet de pays en mettant de la chaire autour de l'os, élaborer une nouvelle démarche d'accession à l'indépendance du Québec,puis faire une synthèse du projet de pays et de la démarche d'accession en une idée qui deviendra une force auprès de Québécois.
Un texte de Marc-Antoine Ménard L'ancien premier ministre du Québec Lucien Bouchard a réagi à son tour aux récentes révélations
OTTAWA - Justin Trudeau est loin d'ĂŞtre chaud Ă  la demande de Pauline Marois qu'Ottawa rende publiques ses archives pour
La principale justification avancée par le mouvement indépendantiste québécois est que le Québec est une nation qui se distingue par sa langue et donc mérite son indépendance nationale pour protéger son élément distinctif -- le fait de parler français dans une Amérique du Nord anglophone. Sauf que le but de l'indépendance du Québec ne devrait pas simplement être la protection de la langue française ou une fin en soi, mais la fondation d'une République du Québec.
Ce véhicule prendrait la forme d'un parti qui se donnerait comme premier objectif de «revoir le cadre stratégique» de la démarche d'accession à l'indépendance du Québec afin d'en formuler une qui soit plus cohérente, mobilisatrice et efficace. Voici celle que je propose