HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

depenses-publiques

OTTAWA – Trois bureaucrates d’Environnement Canada ont déclaré plus de 12 000$, en nourriture seulement, pendant la Conférence
Joël Godin lors d'un vigile pour la famille Carrier. (Photo : Facebook) Les députés sont parfois amenés à offrir des cadeaux
En 2009, la dette du secteur public québécois était, en dollars constants de 2016, de 233 G$. Au 31 mars 2016, selon les documents budgétaires, elle s'élevait à 276 G$. C'est une augmentation de presque 20 % en sept ans seulement!
Des courriels obtenus par Radio-Canada révèlent que le sénateur Colin Kenny utilise les ressources du Sénat à des fins personnelles
Diminuer les impôts, c'est bien. Mais diminuer les impôts en diminuant la colonne des dépenses, c'est encore mieux.
Pierre Fortin a entièrement raison de dire que des coupures budgétaires aussi radicales que prévues vont affecter l'économie. Toutefois, affirmer que le Québec est champion de l'austérité comme il le fait dans L'Actualité relève du mensonge.
Un élément déterminant fait obstacle à la réforme de la santé : il nous faut décider quels changements précis nous désirons opérer.
La commission Robillard a finalement produit quelques recommandations totalisant une baisse de ses dépenses de 2,2 milliards $. Il leur en reste un peu plus de 1 milliard $ à trouver d'ici mars prochain pour que le budget 2015-16 soit équilibré... à la condition que le gouvernement applique leurs recommandations.
Pour remplir son rôle adéquatement, dans le contexte économique, social et géopolitique qui est le sien, l'État québécois doit pouvoir compter sur des institutions publiques fortes, efficaces et plus centrées sur les besoins de la population.
Les coupures planifiées par le gouvernement Couillard sont décriées comme étant improvisées, aveugles, sans vision et surtout extrêmement dangereuses pour l'avenir économique du Québec. Mais est-ce vraiment une improvisation mixte sur le thème des compressions budgétaires dans des institutions d'émancipation collective que nous n'avons pas les moyens de payer?
Considérant son arrogance et son mépris envers les efforts de construction de la société québécoise, fondue au fer de lance de la civilisation occidentale depuis plus de 40 ans, le milliardaire Alain Bouchard n'est pas le symbole de la réussite québécoise, non; il est plutôt celui de l'échec de l'humanité.
Il est grand temps que le gouvernement réalise que les employés de l'État sont les gardiens de la qualité et de l'intégrité des services publics. Si le gouvernement se soucie vraiment des contribuables, il doit revoir nos conditions de travail.
Encore une fois, les tenants de l'individualisme et du désengagement collectif réclament le couperet pour nos services publics. Le vieillissement de la population et la détérioration des infrastructures sont des sujets auxquels il faut certes s'attarder. Le maintien de l'accessibilité et de la qualité de nos services publics méritent également qu'on n'y porte attention.
Le Conseil du patronat du Québec appelle à entreprendre un exercice afin de revoir à la baisse le rôle de l'État québécois. On me permettra d'émettre quelques bémols sur cet appel lancé dans le cadre des consultations prébudgétaires 2014-2015 du ministre des Finances du Québec.
Le budget 2013-2014 du Gouvernement du Québec évaluait les dépenses publiques en santé (et services sociaux) à 31,3 milliards de dollars, soit 42,9% des dépenses publiques totales du gouvernement du Québec.
La présidente de la Centrale des Syndicats du Québec (CSQ), Mme Louise Chabot, a affirmé que ce n'est pas vrai que les fonctionnaires du Québec sont « gras durs ». Le pépin, c'est que Mme Chabot ne compare pas des pommes avec des pommes et ne tient pas compte de la valeur de la sécurité d'emploi.
Le réseau CBC a appris que le Comité permanent de la Régie interne, des budgets et de l'administration du Sénat a accepté
MONTRÉAL - Le vieillissement de la population, les congés parentaux et l'augmentation du nombre de places subventionnées
QUÉBEC - Le président du Conseil du trésor, Stéphane Bédard, est un «inconscient» qu'il faut sensibiliser au contrôle des