HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

direction du pq

DÉBAT DE BLOGUES - Le Parti québécois va élire son quatrième chef en 10 ans, ce qui crée une certaine instabilité au sein du parti. Pour redonner la stabilité dont a besoin le PQ, le nouveau chef devra absolument revenir à ses valeurs fondatrices, notamment en plaçant ses membres au cœur de celui-ci.
TEXTE COLLECTIF - Les membres ont une occasion en or de donner un signal clair pour que le Parti québécois redevienne le parti du changement avec le projet le plus mobilisateur, le plus prometteur et le plus urgent pour notre avenir : faire du Québec un pays.
Abonnez-vous Ă  notre page sur Facebook Suivez-nous sur Twitter VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST La course Ă  la chefferie du Parti
DÉBAT DE BLOGUES - Pour durer à la tête du PQ mais aussi, et surtout, pour rassembler les Québécois, il faut respecter son ADN en démontrerant ce que l'on pourra faire de plus, de mieux, en étant un pays. Sous ma direction, le Parti québécois, en convergence avec tout le mouvement indépendantiste, amènera le Québec à son indépendance.
DÉBAT DE BLOGUES - Le Parti québécois ne sera jamais un « one man show », sous ma direction. C'est en équipe, en mettant en valeur chacun de nos députés et en misant sur l'intelligence collective de nos dizaines de milliers de membres, que nous allons rassembler les Québécoises et les Québécois. Pour gagner en 2018 et réaliser l'indépendance du Québec.
DÉBAT DE BLOGUES - Nos convictions sont intactes. Notre projet est aussi moderne qu'au premier jour. L'expérience étrangère - Écosse, Catalogne, Brexit - nous donne raison sur la forme et sur le fond. Notre défi n'est pas de redéfinir notre objectif, notre projet, mais de régénérer notre organisation pour la mettre au diapason des citoyens d'aujourd'hui.
TEXTE COLLECTIF - Nous appuyons Paul, car il a démontré que l'on pouvait encore innover et surprendre au Parti québécois. Sa campagne, qui dépendait principalement des médias sociaux, a su captiver un auditoire jeune à travers des capsules et des interventions fort originales, par lesquelles il a apporté des idées nouvelles.
Les membres du PQ voudront-ils vraiment, en majorité, envoyer le message sans équivoque aux Québécois que le grand parti qu'ils portent à bout de bras ne sent plus la nécessité de travailler dès maintenant, et en tout temps, à la réalisation de l'indépendance?
Tout comme la solution Lisée, le plan Cloutier est une voie de contournement pour éviter un engagement clair de réaliser l'indépendance. Ce qui empêcherait de faire porter la prochaine campagne électorale du PQ Parti québécois sur les avantages de l'indépendance, laissant le champ libre à Philippe Couillard de ressortir les vieilles peurs.
D'autres candidats mettent en avant des idées intéressantes. Mais ce qui distingue Jean-François Lisée, à notre avis, ce sont ses prises de position franchement sociales-démocrates sur un ensemble de sujets.
Suivez-nous sur Twitter Entre petites phrases assassines et grands débats, la course à la chefferie du Parti québécois bat
Jean-François Lisée se retrouve en position avantageuse dans la course au leadership du Parti québécois. Il est clairement sur une montée, montée confirmée par l'adhésion de quatre députés péquistes cette semaine. C'est l'élément qui manquait pour assoir sa crédibilité.
La course à la chefferie du Parti québécois entre dans sa dernière ligne droite. Dans moins d’un mois, le 5 octobre précisément
TEXTE COLLECTIF - Nous croyons que sur l'échiquier politique québécois, seul le Parti québécois est en mesure d'outiller la nation pour qu'elle se dote du statut politique qui est la condition essentielle à son épanouissement et à son émancipation : l'indépendance. Toutefois, un tel projet nécessite un leader lucide et aux instincts politiques développés par l'expérience. Jean-François Lisée est de cette trempe.
Voici le bilan et l'analyse de la soirée d'entrevue des cinq candidats à la chefferie du Parti québécois organisée mardi soir sur Radio Info Cité.
Jean-François Lisée s'est lancé dans la course à la chefferie du PQ avec deux objectifs simples: sortir les libéraux et préparer l'indépendance pour 2022, ce qui voulait explicitement dire qu'il n'y aurait pas de référendum dans le prochain mandat. Il n'en fallait pas plus pour voir les libéraux trembler sachant très bien que Lisée avait percé à jour leur stratégie.
Demain, mardi 16 aout, dès 20h, je recevrai en entrevue sur Radio Info Cité chacun des cinq candidats à la direction du Parti québécois. À tour de rôle, je mènerai une entrevue de 15 à 20 minutes avec chacun d'entre eux en fonction de trois ou quatre thèmes prédéterminés et des sujets qui ont été abordés durant cette course à la chefferie.
J'ai pris connaissance des conditions émises par Paul Saint-Pierre Plamondon pour le déclenchement d'un référendum sur l'indépendance. Je respecte sa volonté, mais sa proposition d'asseoir ce déclenchement sur une volonté populaire conséquente mène à tout sauf à l'indépendance.
Il me semble que le chef de parti et de gouvernement qui se veut un gardien de la laïcité et de la neutralité de l'État devrait s'abstenir de participer à des rituels religieux (ou faisant la promotion de l'athéisme, d'ailleurs). A fortiori d'en revêtir les symboles.
J'étais membre du gouvernement qui a apposé la signature de l'État québécois autorisant l'exploration pétrolière sur l'île d'Anticosti. Cela a été fait de bonne foi et pour des raisons honorables. Mais chacun a le droit de changer d'avis. C'est mon cas.