HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

ecole-publique

Il est temps de se comporter avec maturité, en citoyens plutôt qu’en croyants et de comprendre que la laïcité, c’est pour tout le monde.
Les enseignants n'ont pas peur du changement, mais pour s'intégrer à une démarche de réflexion ils doivent être respectés.
N’est-il pas naturel d’aller à son école de quartier avec ses amis, dans sa communauté?
La société québécoise engendre et perpétue en boucle la déficience intellectuelle généralisée - résultat obligé d'une pensée handicapée par une langue rachitique et déglinguée jusqu'à l'indéchiffrable.
Je crois plutôt que le choix éducatif doit revenir aux parents parce qu'ils savent mieux que quiconque ce qui contribuera à l'intérêt supérieur de leur enfant. C'est pourquoi je suis d'avis que l'État doit offrir aux parents différentes options, incluant le droit de faire l'école à la maison.
Agissons concrètement pour enfin discuter d'éducation. Parlons de ces dossiers que l'on ouvre et que l'on referme aussitôt sous la pression de groupes d'intérêt qui ne défendent pas, d'abord et avant tout, la cause des élèves.
Il m'arrive à l'occasion de recroiser d'anciens élèves... Quand j'en vois poindre plus d'un vêtu de costumes d'établissements scolaires du réseau privé, je me dis que j'ai échoué quelque part.
Il est extrêmement bénéfique pour les enfants autistes d'être intégrés, tout comme pour leurs pairs qui ne sont pas atteints d'autisme.
Beaucoup d'espoirs étaient permis en mars dernier lors du dépôt du budget alors qu'on annonçait un réinvestissement important en éducation. Quelle déception!
De nombreux profs du primaire et du secondaire sont fréquemment victimes de menaces verbales et physiques, de propos humiliants, d'impolitesse, de bousculades.
Les études rapportent que le rendement scolaire de jeunes de milieux défavorisés serait meilleur s'ils fréquentaient des classes avec des pairs issus d'un milieu plus favorisé.
En voyant l'enseignement comme une vocation, on justifie le fait de nous sous-payer.
La recherche le démontre amplement, par l'éducation, il est possible de réduire les inégalités sociales. Il serait grand temps que le gouvernement se mette au diapason de la population.
Chaque matin de semaine, je reconduis mes enfants jusqu'aux décombres de leur école primaire.
L'équité dans la formation scolaire de la prochaine génération de Québécois est un luxe que nous ne pouvons pas nous payer.
On pourrait en conclure que le projet de loi 86 n'a rien à voir avec une quelconque volonté gouvernementale d'améliorer les résultats des élèves et de hausser le taux de diplomation.
On n'accepterait pas de laisser notre chien dans un chenil mal entretenu ou surpeuplé. Mais pour nos enfants, c'est correct?
Pensez-vous qu'un jour, on verra au Québec une école publique autonome capable de concurrencer l'école privée?