HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

Edith Patenaude

Far Away m'a rappelé certains triptyques en peinture. Trois histoires, sans lien apparent, se succèdent. D'abord, une petite fille est témoin de gestes innommables perpétrés par son oncle dans une cabane dans la cour de la maison.
On ne sait pas qui ment et qui dit vrai dans la pièce de Jean-Denis Beaudoin, Mes enfants n'ont pas peur du noir, présentée au Théâtre d'Aujourd'hui. Une pièce qui plaira aux amateurs de films d'horreur tout comme à ceux qui sont fascinés par l'exploration des composantes de l'esprit humain.
1984 est une adaptation du livre de George Orwell de Robert Icke et Duncan MacMillan, traduite Guillaume Corbeil. C'est une œuvre magistrale qui nous communique l'essence du roman, une œuvre, il faut bien le dire, où il y a beaucoup de blabla ici évacué pour s'en tenir au message glaçant et désespéré d'un Orwell visionnaire.
Avec une très efficace économie de décors, l'usage d'une caméra qui projette en direct et en gros plan les moindres faits et gestes des principaux protagonistes donne une grande force à la pièce «1984» présentée au théâtre Denise-Pelletier.
Deux poids, deux mesures, diront certains. Mais avouez qu’il est difficile de ne pas faire de parallèles entre l’actualité
Selfie est vraiment à voir et se situe dans la lignée de ces textes sur les médias sociaux où la technologie qui transforme nos vies devient un personnage. Tout se sait maintenant et le concept de vie privée n'a plus le même sens. S'il en a encore un.
C’est une première à Québec. Trois jeunes créateurs revisitent les classiques du théâtre et présenteront leur travail au