HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

education-publique

L'année scolaire se termine en laissant une ambiance amère, une vague désespérante d'impuissance. Impuissance face aux décisions dictées par une rigueur budgétaire dogmatique.
L'équité dans la formation scolaire de la prochaine génération de Québécois est un luxe que nous ne pouvons pas nous payer.
On pourrait en conclure que le projet de loi 86 n'a rien à voir avec une quelconque volonté gouvernementale d'améliorer les résultats des élèves et de hausser le taux de diplomation.
Pensez-vous qu'un jour, on verra au Québec une école publique autonome capable de concurrencer l'école privée?
J'en veux à mes collègues pour avoir joué le jeu du gouvernement et d'avoir accepté de négocier l'étendue de l'appauvrissement du système d'éducation public québécois.
Le ministre de l'Éducation est un éternel optimiste. Il l'est tellement qu'il va même jusqu'à nier la réalité pour conserver sa bonne humeur.
Le décrochage des récents enseignants ne serait pas perçu comme un problème mais plutôt comme un gage d'un bon système d'éducation tourné vers les étudiants.
Ma femme, comme l'ensemble des hommes et des femmes qui enseignent à nos enfants, travaille plus d'une dizaine d'heures par semaine bénévolement. Et vous souhaitez accroître ses tâches sans la payer davantage?
L'absence d'intérêt en éducation publique pour l'histoire et la vie des Noirs au Québec en dit long sur la relation qu'entretient cette province avec ses populations noires.
Décidément, le ministre de l'Éducation, François Blais, n'en finit plus de m'inquiéter.