HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

epuisement-professionnel

Même dans le confort de notre foyer, nos batteries peuvent se décharger.
Éduquer les enfants du Québec, ça ne marche plus, à moins d'y laisser sa peau. Être au travail, c'est finalement se sentir complètement dépassé, jour après jour, tâche après tâche.
Vous vous sentez au bout du rouleau, mais ne savez pas pourquoi? C'est peut-être un burn-out. Voici les signes pour le reconnaître.
Selon ce scénario répétitif et banalisé, vous ne pouvez pas quitter les lieux, enchaînée à votre stéthoscope et prise en otage malgré vos facultés affaiblies.
Si vous vous sentez dépassé ou anxieux, le moment est peut-être venu de réfléchir.
L’épuisement professionnel de cette catégorie de travailleurs et de travailleuses au Canada est endémique.
L'intervenant voudrait poser des gestes, intervenir, mais il ne peut le faire que difficilement. Il doit plutôt appliquer un protocole déshumanisant.
«On n’ira pas dire que ça va bien juste parce que le ministre veut se faire réélire à la prochaine élection.»
De passage à «TLMEP», il a aussi jasé de sa relation avec Andrée Watters.
On a beau nous dire, nous montrer qu'on fonce tout droit vers un mur de béton, notre mécanique est plus forte que la logique objective.
« Ça m'est arrivé quand j'avais 23 ans. Je vais en avoir 30. Je vais très bien. J'ai une très belle carrière. J'ai réussi
Tant qu'on ne s'est pas départi des habitudes qui exacerbent notre fatigue, on s'empêtre dans un état de convalescence perpétuelle. Parce que nos actions sont inséparables de notre ressenti.
Il est parfois des mots, des gestes, des sous-entendus qui peuvent démolir celui qui les subit de manière récurrente.
C'est un problème que d'être fatigué. Ça en est un tout autre que de ne pas le voir ou ne pas l'admettre.
Qu'on le veuille ou non, le consumérisme matériel, l'interchangeabilité des outils et la dégénérescence de l'utilisation et de la durée de vie des objets ont malheureusement trouvé écho dans le merveilleux monde du travail.
C'était en 2013. J'occupais trois emplois simultanément et ma vie ne se résumait qu'à trois choses: le travail, le travail et le travail.
Si d'aucuns s'accordent souvent pour leur reconnaître un dévouement qui les dépasse, d'autres pensent plutôt qu'avec deux mois de vacances, les enseignants ne peuvent se plaindre de l'intensité de leur travail.
Philippe Couillard est allé jusqu'à comparer la situation de Sam Hamad à celle de gens qui sont en arrêt de travail à la suite d'une maladie ou d'un accident. L'épuisement professionnel est trop mal compris (ou tabou) pour que l'on utilise ce terme à la légère.
Pour plusieurs d'entre nous, le réveille-matin sonne toujours trop tôt, même la fin de semaine et les jours de congé. Le temps semble de plus en plus nous échapper furtivement.