HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

extremisme

La pandémie de COVID-19 a joué un rôle important dans la popularisation du mouvement QAnon. Les données de Facebook depuis le début de 2020 montrent que le nombre de ses membres a augmenté de 581%.
J’ai décidé de t’être indifférente. J’ai décidé de prier pour tes fidèles, pour que les extrémistes remettent les pieds sur Terre.
On ne comprend pas mieux que les extrémistes ce qu'est une société ouverte lorsqu'on utilise l'attentat de Christchurch pour remettre en cause la laïcité ou la libre critique des religions, notamment de l'islam.
La charte des valeurs n'a pas pu, à elle seule, entraîner des jeunes vers des mouvements d'extrêmes actions.
Les musulmans veulent être des citoyens réguliers et considérés comme tels.
Personne n'est pour la haine ou la violence et nous le dénonçons tous autour de nous, surtout que nous, musulmans, sommes les premières victimes du terrorisme.
Je voudrais parler d'une des stratégies principales de la gauche multiculturaliste, une stratégie dont le but est de diffamer et de faire taire ses adversaires : les fausses accusations de racisme qui s'appuient sur la confusion entre race et religion.
Même s'il s'intéresse de près à la diversité religieuse et au phénomène de radicalisation, une connaissance d'Alexandre Bissonnette
Au risque de faire preuve de naïveté, je prétends que les lois doivent servir l'humain plutôt que ce soit l'humain qui serve les lois. J'oserais presque dire, en paraphrasant le philosophe Protagoras, que l'humanité est la mesure de toutes choses.
Que les questions de religion et de religiosité suscitent de vives réactions n'est pas surprenant. Au Québec, la question religieuse a tristement marqué notre mémoire collective. Mais réduire, en 2016, le fait religieux à sa dimension violente, c'est une position un peu simpliste qui nie la parole des principaux concernés: nos jeunes.
C'est une erreur de prétendre que les convictions religieuses protègent contre la radicalisation menant à la violence. Une telle généralisation ne correspond pas à la réalité.
Vouloir teinter l'espace public d'une expression religieuse spécifique, comme le font souvent les islamistes, c'est imposer aux autres un système de valeurs qui n'est pas le leur et qui leur donne le sentiment d'être envahis.
L'erreur à commettre est de passer un week-end à Marrakech. On se sent trop occidental, on se rend compte que le racisme existe aussi sur la rive méridionale de la Méditerranée.
C'est le maintien dans l'ignorance qui est réducteur et qui tue au fond de soi ce qu'il y a de meilleur en l'être humain.
Malheureusement, les démocraties s'avèrent mal préparées pour lutter efficacement contre les idéologies meurtrières.
Je suis arrivé en Europe en août après avoir passé cinq ans en prison à cause de mes activités politiques en Iran. Beaucoup de mes amis n'ont pas eu cette chance et ont été pendus pour leurs convictions.
Après les horreurs du vendredi 13, la France ne sera plus comme avant. Elle sera semblable, à quelque chose près, à l'Algérie des années 1990. Paris sera Alger.
L'un propage agressivement sa révolution islamique et l'autre son islam orthodoxe en construisant des milliers de mosquées dans le monde et en y envoyant des prêcheurs rigoristes.
Nous avons été capables de sortir plusieurs extrémistes d'une vie de violence et de les réinsérer dans la société avec succès. En réalité, plusieurs de nos écoles sont tenues par d'anciens extrémistes.
Assise dans mon salon, rivée devant la télé, j'avais la nausée. J'étais devenue une raciste. Je l'avoue, tu m'as bien eue.