HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

fanatisme

Déjà fanatisées et refusant de s’intégrer à leurs sociétés d’accueil, elles se sont organisées pour se présenter comme victimes d’un système social qu’elles accusent de «chosifier» la femme.
Enlevez le plaisir et il ne restera plus rien de bon en l'homme. C'est le méchant qui va sortir.
J'ai cru un temps que la religion disparaîtrait de l'espace public. Je le crois encore plus ou moins sans chercher à précipiter sa chute qui me semble inévitable. La spiritualité devrait, à mon avis, la remplacer.
Notre époque flirte dangereusement avec les émules de Savonarole et autres brûleurs de sorcières. Elle s'enfonce toujours plus dans la mesquinerie et l'étroitesse d'esprit. Comme si l'on avait remplacé les bigots d'autrefois par des militants bon chic bon genre qui vous diront tout ce qu'il faut savoir sur tout ce qu'il ne faut pas dire...
Le fanatique islamiste est une erreur, un Ă©chec, qui n'a rien au fond Ă  voir avec l'islam.
Ce sera le travail de toute une vie de me soigner des papes, des prĂŞtres et autres guides tout aussi peu spirituels et toujours trop politiques.
Ce qui est certain, c'est que l'on ne doit jamais parler de religion ou de politique en présence d'ivrognes ou bien d'imbéciles fanatiques. Les uns comme les autres ne vous pardonneront jamais de vous en prendre à leurs lubies.
Parfois l'histoire nous fait vivre de curieuses répétitions, ce qui nous amène à nous interroger.
Dans la crise identitaire et spirituelle que traverse aujourd'hui l'islam, le complot devient l'explication de tous les échecs. Le 11-Septembre? Complot! Même Al-Qaïda et l'État islamique résulteraient de complots américains et sionistes!
Les non-musulmans n'ont absolument pas à considérer comme recevables les dogmes et les pratiques de l'islam. En vertu de la liberté de pensée et d'expression, ils ont le droit de les condamner et de s'en moquer.
Ce n'est pas d'hier que des féministes radicales recourent à la violence pour imposer leurs dogmes incohérents et victimaires.
Si le droit de penser et d'exprimer ses idées représente une valeur fondamentale pour notre société, je revendique le droit au «blasphème», c'est-à-dire à cette possibilité de questionner toutes formes d'idées et de discours, y compris et surtout les «idées» religieuses.
Autrefois, il y avait les insupportables et mortels péchés capitaux. Ils nous valaient l'enfer à coup sûr. Les plus vieux se souviendront : l'orgueil, l'avarice, l'envie, la gourmandise, la colère, l'impureté, la paresse. Les temps ont changé. Nous ne péchons plus contre Dieu. Enfin, presque plus. Nous péchons contre l'humanitarisme, contre l'intelligence émotionnelle collective, contre la dignité et la solidarité humaine. Voici les 7 nouveaux péchés capitaux. Selon moi.