HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

fredolini

Au nom de tous les clowns, et particulièrement en mon nom propre, je te prierai de ne pas nous associer à quelconque de tes gestes et paroles, dont malheureusement tu ne sembles absolument pas en mesurer tant la portée que l'impact.
Je n'ai jamais reçu de carte pour la fête des Pères, ni de cravate douteuse ou encore de dessin, et aucune douce n'a souligné l'occasion par un souper d'amoureux. De toutes ces petites attentions, je pense bien être quelque peu envieux. Je crois qu'une fête officielle pour les presque-papas et les presque-mamans devrait être instituée.
En f√©vrier 1998, j'ai re√ßu un coup de fil d'un certain photographe du nom de Daniel Ouellette, un sympathique monsieur qui recherchait des clowns pour un produit, sans toutefois plus de pr√©cisions. Au bout d'une quarantaine de minutes, il a interrompu la conversation en disant: ¬ęFrederico, c'est parfait! Je vais te r√©v√©ler le secret.¬Ľ
Il m'est difficile de savoir comment fonctionnent les autres, mais dans ma tête de clown, les idées et les gags se succèdent à vive allure.
√ätre clown, c'est surtout un √©tat de simplicit√©, de sinc√©rit√©, de l√©g√®ret√© et de vuln√©rabilit√©. C'est ce qui rendra le clown attachant pour le public, lequel s'identifiera au personnage. Et la chose la plus difficile avec le fait de vieillir, c'est perdre l'essence et la na√Įvet√© de notre enfance.
Lorsque je suis arrivé à Guardialfiera, ce fut la première fois de ma vie que je ne me sentais pas en visite lors d'un périple ou d'une tournée. Je suis revenu chez moi, sur la terre de mes ancêtres, en Italie.
Je refuse de baisser les bras et m'affaire à trouver une solution de rechange. Je tiens mordicus à me rendre dans mon village d'origine. Pour moi, cela prend tout son sens.
¬ę Quand les sages sont au bout de leur sagesse, il convient d'√©couter les enfants. ¬Ľ - Georges Bernanos
Laissez-moi vous raconter ma relation sans lendemain avec Patricia. Et laissez-moi vous dire, bien humblement, que cette histoire deviendra probablement virale.
Je ne le connaissais pas intimement; je n'ai pas eu l'occasion de travailler avec lui. Pourtant, sans le savoir, les mots choisis qu'il m'a dits ont des r√©percussions, probablement parce qu'il savait qu'il fallait bien dire les choses, sans filet et sans fausse diplomatie. Parce que du haut du pi√©destal o√Ļ nous voulons bien les installer, les grands authentiques prennent le temps de s'arr√™ter et d'appr√©cier leurs semblables.
J'ai toujours pensé que le métier se déclinait en plusieurs fonctions: la scène, la piste, la rue, l'animation et le clown social. J'ai énormément de respect pour ceux qui pratiquent cet art, mais ceux qui ont choisi d'exercer le clown thérapeutique m'impressionnent au plus haut point.
Je suis un enfant de la balle, c'est-à-dire un artiste dont les parents exerçaient déjà la profession.
Tout au long de ma carrière, j'ai été étonné des endroits que j'ai eu le privilège de visiter et des gens aux cultures et coutumes diverses que cela m'a permis de rencontrer. Je suis persuadé que je n'aurais pas eu accès à nombre d'occasions si je n'avais pas été un clown.
Mon collègue Zani et moi avions reçu une invitation pour participer au charmant à l'édition 2009 du festival Isola del Teatro qui se tient à Montresta.
Je me souviens tr√®s bien d'une discussion en deuxi√®me ann√©e du primaire √† l'√©cole L√©vis-Sauv√© de Verdun. Mme Suzanne Reid, notre enseignante, nous avait demand√© de dessiner et de r√©pondre √† une premi√®re question existentielle: ¬ęQue voulez-vous faire pour gagner votre vie quand vous serez plus grand?¬Ľ