HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

fredolini

Au nom de tous les clowns, et particuliÚrement en mon nom propre, je te prierai de ne pas nous associer à quelconque de tes gestes et paroles, dont malheureusement tu ne sembles absolument pas en mesurer tant la portée que l'impact.
Je n'ai jamais reçu de carte pour la fĂȘte des PĂšres, ni de cravate douteuse ou encore de dessin, et aucune douce n'a soulignĂ© l'occasion par un souper d'amoureux. De toutes ces petites attentions, je pense bien ĂȘtre quelque peu envieux. Je crois qu'une fĂȘte officielle pour les presque-papas et les presque-mamans devrait ĂȘtre instituĂ©e.
En février 1998, j'ai reçu un coup de fil d'un certain photographe du nom de Daniel Ouellette, un sympathique monsieur qui recherchait des clowns pour un produit, sans toutefois plus de précisions. Au bout d'une quarantaine de minutes, il a interrompu la conversation en disant: «Frederico, c'est parfait! Je vais te révéler le secret.»
Il m'est difficile de savoir comment fonctionnent les autres, mais dans ma tĂȘte de clown, les idĂ©es et les gags se succĂšdent Ă  vive allure.
Être clown, c'est surtout un Ă©tat de simplicitĂ©, de sincĂ©ritĂ©, de lĂ©gĂšretĂ© et de vulnĂ©rabilitĂ©. C'est ce qui rendra le clown attachant pour le public, lequel s'identifiera au personnage. Et la chose la plus difficile avec le fait de vieillir, c'est perdre l'essence et la naĂŻvetĂ© de notre enfance.
Lorsque je suis arrivĂ© Ă  Guardialfiera, ce fut la premiĂšre fois de ma vie que je ne me sentais pas en visite lors d'un pĂ©riple ou d'une tournĂ©e. Je suis revenu chez moi, sur la terre de mes ancĂȘtres, en Italie.
Je refuse de baisser les bras et m'affaire Ă  trouver une solution de rechange. Je tiens mordicus Ă  me rendre dans mon village d'origine. Pour moi, cela prend tout son sens.
« Quand les sages sont au bout de leur sagesse, il convient d'écouter les enfants. » - Georges Bernanos
Laissez-moi vous raconter ma relation sans lendemain avec Patricia. Et laissez-moi vous dire, bien humblement, que cette histoire deviendra probablement virale.
Je ne le connaissais pas intimement; je n'ai pas eu l'occasion de travailler avec lui. Pourtant, sans le savoir, les mots choisis qu'il m'a dits ont des rĂ©percussions, probablement parce qu'il savait qu'il fallait bien dire les choses, sans filet et sans fausse diplomatie. Parce que du haut du piĂ©destal oĂč nous voulons bien les installer, les grands authentiques prennent le temps de s'arrĂȘter et d'apprĂ©cier leurs semblables.