HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

Gabriel Nadeau-Dubois

Devant la popularité grandissante des théories du complot, tous les partis d'opposition à Québec ont lancé un appel à une plus grande transparence du gouvernement.
Dans le brouhaha politique, il est facile d’en manquer des bouts. Voici donc trois événements qui nous sont passés sous le nez (ou presque) sur la scène politique à Québec.
Le député de Québec solidaire s'est «fait plaisir» à l'Assemblée nationale.
Une première rencontre à ce sujet s'est tenue mercredi matin.
Les journalistes ont peut-être déserté l'autobus du parti, mais les militants répondent présents.
«Si t'étais laide et grosse, t'aurais jamais gagné tes élections.»
Le chef péquiste a pour sa part qualifié la position solidaire sur les véhicules électriques de «radicale».
La décision d’Ottawa a eu des échos négatifs jusqu’à Québec.
Je ne crois pas, cependant, que Québec Solidaire puisse accéder au pouvoir et devenir le parti majoritaire dans un avenir proche ou lointain.
La convalescence de Manon Massé l'a forcé à boire pas mal de potion magique pour l'étude des crédits.
Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé auraient peut-être dû scruter davantage le passé de Vincent Marissal...
«Les gens quittent le travail, mais ils travaillent encore», déplore Gabriel Nadeau-Dubois.
La prochaine élection québécoise sera la première à se tenir à date fixe.
«Je ne fitte pas dans le moule et c'est parfait. J'en suis très fière.»
Il peut bien faire les vierges offensées et se dire victime d'un narratif médiatique.
Des banderoles haineuses ont été installées sur la rue Ontario à Montréal.
Les trois députés appellent la population à rejeter les «vieilles cliques politiques».
Il s'est fait remettre le prix par nul autre que Gabriel Nadeau-Dubois.