HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

independantisme

Dans les faits, on préfère souvent cette appellation pour remplacer celle qui est un peu dévaluée de nos jours, soit celle de nationaliste. On l'emploie pour exprimer son attachement à la nation québécoise et à l'État du Québec qui devrait l'incarner.
Martine Ouellet propose une Constitution initiale de la République du Québec qui sera soumise à la consultation des Québécoises et des Québécois de toutes les régions, à travers la Commission préconstituante.
Être Québécois, qu'est-ce que cela signifie de nos jours?
La vérité est que la CAQ est la troisième voie tant attendue, mais son problème est que les élections au Québec sont référendaires depuis 1976, n'en déplaise à certains analystes qui soutiennent le contraire.
En freinant en partie la campagne de peur des unionistes britanniques, les accords signés entre l'Écosse et le Royaume-Uni se sont révélés à l'avantage des indépendantistes.
Ces quatre leçons sont des idées pour amorcer une ferveur pour le changement chez les Québécois.
Je n'ai pas aimé cette période troublée de notre histoire. Ce qui aurait dû constituer un exercice démocratique de haute tenue s'est transformé en bagarre de ruelle.
Le seul parti fédéraliste au Québec, morne et austère, en plus de ne proposer aucun projet rassembleur, doit maintenant justifier sa position constitutionnelle.
Les fédéralistes semblent avoir définitivement tourné le dos à toute ambition nationale pour le Québec, le processus de provincialisation étant parvenu à un point de non-retour.
Ça fait 50 ans que les fédéralistes nous apprennent qu'on est mort.
François Legault saura-t-il se montrer à la hauteur de la tâche qui l'attend? Pourra-t-il véritablement se démarquer de ses prédécesseurs adéquistes et libéraux et faire en sorte de réussir là où les autres ont échoué? Arrivera-t-il à faire vivre la «troisième voie»?
Selon André Pratte, l'ordre constitutionnel de 1982 et l'échec qu'il constitue en regard des revendications du Québec ne seraient plus qu'un «détail», fâcheux certes, mais qui dans les faits ne représente pas un «vrai problème». Fédéraliste moi-même, je ne peux qu'être en désaccord avec une telle interprétation.