HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

jerome-blanchet-gravel

L'essayiste estime avoir été expulsé en raison de ses idées politiques.
À l'heure où la bien-pensance des «inclusifs» est parvenue à créer, dans une opinion publique mal informée, une association entre laïcité et racisme, voici qu'un groupe d'auteurs vient de procéder à la déconstruction systématique du mythe de l'islamophobie.
Dans son dernier billet intitulé L'épouvantail vert de Jérôme Blanchet-Gravel, l'activiste écologiste Bruno Massé critique mon dernier livre. Je veux donc revenir rapidement sur quelques éléments de sa critique qui m'apparaissent non fondés et malhonnêtes.
Dans ce billet, je ferai la critique du Retour du bon sauvage de Jérôme Blanchet-Gravel publié aux Éditions du Boréal. Dans son livre, l'auteur tente de nous convaincre que les écologistes sont, en fait, des fanatiques religieux, hystériques et potentiellement génocidaires.
L'islam et l'Occident sont malades. Le diagnostic est sans appel: l'islam contient en son sein les germes de la violence, tandis que l'Occident cupide se culpabilise.
Laurence aime les cultures car c'est une citoyenne du monde. Oh oui, une vraie. Son Facebook est parsemé de photos colorées la montrant en Inde, en Afrique, à dos de chameau dans le désert. Laurence est de ceux et celles qui ont voyagé en Thaïlande avant de mettre le pied à Paris.
Le voile, le turban, la kippa: de simples bouts de tissu, rien d'autre Gabriel? C'est drôle, j'en connais quand même un certain nombre qui ont une signification. L'étoile jaune ou les drapeaux des nations du monde, par exemple. Et pourquoi pas aussi l'argent : après tout, ce ne sont que des bouts de papier...