HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

judith lussier

En mai, dites «fuck off» à vos rasoirs.
La chroniqueuse et autrice décortique les «social justice warriors» dans son nouvel essai.
Le mouvement de personnel commence Ă  ressembler Ă  la Maison-Blanche de Donald Trump.
L’humour permet de relativiser bien des drames du quotidien. Malgré tout, y a-t-il des intouchables?
Être une femme est quelque chose qui me rend fière, que je chéris, dont je prends soin, et que je défends. Ardemment. Parfois, je suis une femme en colère. Parfois, aussi, j'ai peur. C'est ce que je déteste le plus de mon état.
Les femmes qui se font insulter sur les réseaux sociaux n'ont pas à « être fortes », puisque cette situation ne devrait pas arriver.
Si on veut s'unir derrière la cause féministe, il faudrait d'abord que les féministes radicales militantes parviennent à transcender leur colère et à canaliser leur énergie vers un véritable dialogue de façon à nourrir un débat constructif.
Au cours des derniers jours, plusieurs chroniqueuses sont intervenues dans les médias pour dénoncer leur épuisement face
Épuisée par le nombre et la violence des commentaires sur les réseaux sociaux, plusieurs femmes dans les médias décident
Cette année, pour la Journée internationale des femmes, j'avais prévu me vider le cœur en vous parlant de ma fatigue morale et intellectuelle, celle-là même ayant provoqué le silence radio de ce blogue pendant plus de quatre mois, après des années de publications régulières.
ALT, l’une des nouvelles émissions-phares de VRAK, aura sa revue de fin d’année le soir du 31 décembre, intitulée ALT 2016
Quand elle a lu un commentaire haineux sur Facebook à l’égard des femmes, Nancy B. Pilon a pris les armes et la plume. Une
Connaissez-vous le «mansplaining»? Si vous ne connaissez pas ce mot, n'ayez crainte! Il y a sûrement un homme autour de vous
La chronique de la fête des Pères de Richard Martineau continue de faire jaser. Après l'humoriste Mathieu Cyr, c'est au tour
Lili Boisvert et Judith Lussier troqueront la plume pour la caméra le temps d'une nouvelle série de capsules web présentées
Le Journal de Montréal publiait cette semaine les résultats d'une enquête maison qui visait à déterminer si les Anglo-Québécois connaissent bien la culture québécoise. Celle-ci démontre une fois de plus l'existence des deux solitudes à l'intérieur d'une même ville, soit Montréal. Il n'en fallait pas plus pour qu'une poignée de chroniqueurs reconnus pour leur haine du nationalisme écrivent contre cette étude.
Nous sommes un collectif issu des milieux juridique, philosophique et journalistique auquel ont bien voulu se joindre des citoyens de tout horizon et origine. Empreints d'inquiétude, nous prenons la plume pour dénoncer le projet annoncé par le gouvernement du Parti québécois de Charte des valeurs québécoises.
J'ai arrêté de vivre. J'ai arrêté d'être moi même. Je suis rentrée dans un cycle d'auto-destruction complète. Aidez-moi.
Était-ce une exagération, parce que Judith Lussier ressent, comme moi rue Berri, un sentiment de malaise quand un homme lui signifie, adroitement ou non, un quelconque intérêt à vocation de rapprochement, parce qu'elle sait qu'elle est, à cet instant précis, une déception en devenir puisque les Dieux et les hasards ont orienté sa boussole vers l'autre flanc de la montagne?