HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

karel mayrand

L'initiative «Faut qu'on se parle» lancée fin septembre par Jean-Martin Aussant et Gabriel Nadeau-Dubois a fait réagir. Parmi
L'université McGill détient environ 70 M$ d'investissements dans les combustibles fossiles [...] Autrement dit, lorsqu'elle investit une partie de son fonds dans le charbon, le pétrole ou le gaz naturel, l'université McGill mise sur les combustibles fossiles plutôt que sur le climat.
Alors qu'il soufflera sous peu ses 80 bougies dans une forme physique extraordinaire et qu'il se réjouit de la fin du règne
«J'ai annulé mon aller simple vers Mars!» lance en riant David Suzuki. Malgré son enthousiasme de la fin de l'«ère Harper
Cet article a initialement été publié sur le webzine Mode de vie & compagnie de la Fondation David Suzuki. Abonnez-vous à
Un monde où la création de richesse économique est à l'avant-plan permet un meilleur développement social sur Terre et non l'éradication de la vie comme le laissent entendre les signataires malthuséens du manifeste.
Vous le savez comme moi, dans ce monde globalisant et déroutant, où les hommes et les femmes sont submergés par le flux d'informations instantanées, il est vain de faire appel aux slogans et aux raccourcis pour faire face aux défis d'aujourd'hui et de demain.
La compagnie TransCanada entreprendra aujourd'hui et jusqu'au 30 avril des levées géophysiques en prévision de la construction de son terminal pétrolier à Cacouna. Sans la vigilance du Devoir, les Québécois n'auraient même pas été informés de ces travaux qui risquent d'affecter les populations de bélugas.
Je vous vois grandir dans un monde où on a assassiné le rêve, où l'idée de pouvoir créer nous-mêmes le monde dans lequel nous voulons vivre a fait place au mercantilisme, à la corruption et au cynisme. J'aimerais vous raconter l'histoire d'un autre monde, celui dans lequel j'ai grandi et où tout était encore possible. Du moins dans nos cœurs, ici, au Québec, dans ce pays mort-né où demain nous appartenait encore.
La scène m'a été rapportée la semaine dernière de source sûre : un dirigeant d'une entreprise pétrolière albertaine croise un expert de l'industrie dans un aéroport. Le premier demande au second: «Qu'est-ce que c'est que cette histoire d'investissement du gouvernement du Québec dans l'exploration pétrolière à Anticosti ? (...) Les dirigeants de Petrolia, Junex et Corridor doivent encore en rire».
Comme dans le film Le jour de la Marmotte, le radioréveil a sonné et nous entendons la même musique, les mêmes rengaines entendues 100 fois. On nous parlera d'économie, d'emploi, de fardeau fiscal et de finances publiques. On tentera de nous convaincre qu'on peut régler nos problèmes en quelques coups de baguette magique. Mais le plus instructif sera ce qu'on ne nous dira pas, ce dont on ne discute jamais, par manque de courage ou de lucidité.
Se pourrait-il que le chroniqueur de La Presse Alain Dubuc ait inversé l'équation? Alors qu'il déplore l'influence disproportionnée des écologistes sur les citoyens, il devrait peut-être se questionner sur l'influence que les citoyens donnent à ces mêmes groupes écologistes.
Une vidéo mise en ligne sur le site GAPPA fait grand bruit depuis quelques jours. Elle montre les tactiques utilisées par deux élus du Parti québécois, Scott McKay et Luc Trudel, pour discréditer à l'avance le représentant de la Coalition vigilance oléoducs, Olivier Huard, lors de son témoignage à la Commission parlementaire qui a fait l'étude du projet d'inversion de l'oléoduc 9b d'Enbridge. Elle laisse un goût amer de Maccarthysme à la sauce québécoise.
Depuis le tournant du Millénaire, ce sont plus de 200 000 personnes qui ont fui Montréal, 20 000 par année. Cette fois-ci, ce sont majoritairement les familles francophones qui fuient la ville, et ils empruntent les autoroutes 10, 13, 15, 19, 20, 25, 30, 40, 440 et 640. Montréal se vide de ses familles francophones.
Les choix ne sont pas nécessairement inspirants, mais ne pas voter laisse notre ville aux mains d'intérêts qui savent comment financer des élections clé en main. Nous ne voulons pas de cela, alors SVP, allez voter. Pour qui vous voulez, mais faites-le.
Une série d'appels automatisés illégaux auraient été faits contre Richard Bergeron et Projet Montréal. Radio-Canada a appris
Vous ne l'avez pas lu dans les médias du Québec, mais le Groupe d'experts intergouvernementaux sur l'évolution du climat (GIEC) a avoué du bout des lèvres, dans son dernier rapport, que le réchauffement de la Terre avait ralenti. Selon le GIEC, la Terre, qui se réchauffait de 0,12°C par décennie depuis 1951, ne se réchaufferait plus que de 0,05 Cº par décennie depuis 1998. Voilà un aveu remarquable, mais pourtant déjà amplement documenté par ceux qu'on appelle les «sceptiques».
À chaque année, septembre est le mois de la congestion routière. C'est le jour de la marmotte pour des centaines de milliers de parents. Il faut s'armer de patience, partir plus tôt de la maison, revenir plus tard, et s'habituer à voir encore moins nos enfants.
Par un beau soir de juillet, les Québécois ont découvert avec consternation que le Québec était devenu l'une des nouvelles voies privilégiées d'exportation du pétrole. Ils ont aussi découvert que le passage de ce pétrole en sol québécois n'était pas sans risques. Depuis, ils ont vu se déployer la stratégie de choc et stupeur de l'industrie pétrolière pour occuper le territoire québécois.
La simple récupération des bouteilles de verre de la Société des alcools du Québec (SAQ) ne serait pas adéquate. Karel Ménard