HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

Loi 70

TEXTE COLLECTIF - Nous espérons que l'intention du gouvernement est de soutenir les gens pour qu'ils sortent de la pauvreté, et pas simplement de leur offrir des cours de rédaction de curriculum vitae.
Certains assistés sociaux devront se débrouiller pour vivre désormais avec aussi peu que 399 dollars par mois, en vertu de
Les prestataires d'aide sociale devront composer avec un nouveau cadre législatif à compter du mois de novembre. Le gouvernement
Le collectif demande donc au ministre Blais d'annuler les pénalités financières prévues, et s'il tient absolument à pénaliser
La réciprocité en matière d'assistance sociale constitue aujourd'hui une norme internationale bien établie et que l'on retrouve tant dans des sociétés sociales-démocrates d'Europe du Nord que des sociétés moins interventionnistes sur le plan social. Cette pratique n'appartient donc en soi ni à la droite ni à la gauche.
Il s'est dit beaucoup de choses sur le projet de loi 70 ces dernières semaines et en particulier autour du programme Objectif emploi qui touche exclusivement les premiers demandeurs à l'aide sociale. Il est nécessaire de rétablir les faits en reprenant les principales accusations de ses détracteurs.
Monsieur Blais, votre réforme de l'aide sociale est une négation des droits et de la dignité des personnes assistées sociales.
Lorsque l'épithète «minimum» est accolée aux mots «revenu» ou «salaire», vous êtes assuré qu'elle n'est pas synonyme de décence.
Le projet de loi 70, dans sa forme actuelle, fait fi des droits internationalement reconnus qui interdisent la discrimination et affirment l'égalité de tous les citoyens.
Ailleurs dans le monde, les programmes de workfare, dont s'inspire le projet de loi 70 du gouvernement du Québec, ne fonctionnent pas.
La plupart des centrales syndicales du Québec ont rejoint ce matin une coalition d'organismes communautaires afin de s'opposer
Les personnes assistées sociales ne sont pas paresseuses, comme semble le croire le ministre Hamad, mais plutôt des victimes d'un marché du travail compétitif, qui crée structurellement de l'exclusion.
Somme toute, je pense que le gouvernement Couillard va effectivement créer de l'emploi avec sa réforme. Beaucoup de fonctionnaires, qui sont plus dispendieux que 616$ par mois, dont possiblement des gardiens de prison.
Si le gouvernement libéral voulait réellement éliminer la pauvreté au Québec, il arrêterait de frapper sur ceux qui sont déjà à terre et réinvestirait dans les outils qui leur permettent de s'en sortir.
Évidemment, c'est beaucoup plus facile de s'en prendre à eux qu'aux véritables exploiteurs, les vrais parasites qui siphonnent le Trésor public.
« Je plaide pour que l'on aide les gens à retourner en emploi, affirme Françoise David de Québec solidaire. « Ne croyez pas
Québec va couper les vivres aux nouveaux assistés sociaux aptes à travailler. Une fois adopté le projet de loi 70, déposé