HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

marche-de-lart

Seriez-vous étonnés d'apprendre qu'entre juillet 2016 et juin 2017, le chiffre d'affaires de l'art contemporain a atteint les 1,58 milliard de dollars US?
Le 6 juin dernier, chez Sotheby's, plusieurs coups de marteau ont ainsi généré 26 385 500 millions d'euros, après les 5,3 millions d'euros de la veille pour la vente d'oeuvres contemporaines.
Près de la moitié des recettes annuelles ont reposé sur la cote exceptionnelle de 10 artistes contemporains.
Au-delà des musées et de leurs grandes collections, des laboratoires de création, des expérimentations, des performances incessantes, il y a aussi à New York l'énergie des lieux ouverts à la création contemporaine.
L'augmentation vertigineuse du prix des oeuvres en dit long sur le marché de l'art aujourd'hui et se lit comme le reflet des inégalités sociales grandissantes.
Avec un chiffre d'affaires de 47,4 milliards de dollars l'an dernier et 29 % de recettes supplémentaires en 6 ans, le marché mondial de l'art et des antiquités a retrouvé sa dynamique d'avant la crise de 2008.
Le mois de juin 2014 marque deux nouvelles étapes dans la reconnaissance patrimoniale du Street Art. Après les musées, le marché de l'art, le numérique, la "panthéonisation" conforte l'institutionnalisation de l'art urbain. Mais à quel prix ?
Leurs prix ne cessent d'augmenter, ils sont réservés à une élite rare, toujours prête à surenchérir, et dépassent de sept fois la cote de leurs prédécesseurs classiques. Si ces artistes rassemblent les collectionneurs les plus passionnés, d'autres leur reprochent... leur manque de maturité.
Art, artiste, oeuvre. Trois mots, unis en un fondamental commun depuis la préhistoire: s'exprimer. A l'aube de changements, l'art s'adapte, pour conserver sa place au sein du «nouvel ordre mondial». Internet abolit la distance ? L'art s'en joue et y propulse ses talents.
Lorsqu'en 2007, les héritiers d'Arthur Pinajian, peintre Arménien-Américain peu connu à l'époque vendirent pour 300 000 $ un cottage à Long Island ainsi que pour 2 500 $ quelque 3000 dessins et peintures laissés là par l'artiste, ils étaient loin de s'imaginer qu'ils étaient potentiellement à la tête d'une collection évaluée en 2013 à... 30 M$.