HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

monopole SAQ

La ministre Anglade souhaite tout de même plus de «fluidité» entre les provinces.
OTTAWA – Les provinces et territoires devraient s’empresser de conclure un accord sur le commerce intérieur à la suite du
Le monopole de la SAQ a fait son temps. Certains de nos vignerons ne se gĂŞnent d'ailleurs pas pour le dire.
Les assouplissements entourant la vente de vins québécois dans les dépanneurs et épiceries de la province ne sont pas une
Ni les arguments théoriques, ni les performances économiques ne justifient le maintien du monopole de la SAQ.
Le gouvernement libéral cherche, depuis son arrivée au pouvoir, à mettre à mal les symboles de notre État-providence au travers desquels se sont matérialisées nos aspirations nationales. Cela passe pour eux par une application rigoureuse de la doctrine néolibérale. Voilà la raison pour laquelle ils ont mis sur pied la Commission de Révision Permanente des Programmes, sous couvert de vouloir rendre plus efficient l'État québécois.
Suivez-nous sur Twitter INOLTRE SU HUFFPOST La Commission de révision permanente des programmes, présidée par l'ancienne
La commission de la révision permanente des programmes, présidée par l'ancienne ministre Lucienne Robillard, rendra public
Si le prix d'à peu près tout monte, et que votre revenu stagne ou augmente moins vite, vous allez couper quelque part. En d'autres mots, au-delà d'un certain niveau de taxation, les gens dépensent moins, l'économie ralentit et le gouvernement reçoit moins d'argent en taxes et impôts. Élémentaire, me direz-vous. Mais tout un choc pour certains politiciens, semble-t-il.
Durant les travaux de rénovation d'un de ses magasins à Québec, la SAQ loue temporairement un espace commercial à l'intérieur d'un Loblaws. Les succès de cette formule «magasin dans un magasin» pourraient toutefois amener la société d'État à réfléchir et repenser certains de ses dogmes.
Au cours des dernières semaines, le gouvernement du Québec a apporté deux modifications à sa législation sur la commercialisation du vin. La première vous permet de rapporter une bouteille de vin entamée du resto, la seconde d'acheter du vin à l'extérieur du Québec. Le hic? Vous devez aller vous-même le chercher!
Les tribunaux examinent un recours collectif contre la Société des alcools du Québec, à qui les requérants reprochent de gonfler les prix et d'avoir une marge bénéficiaire excessive qui pénalise les consommateurs. On peut donc qualifier d'unique la situation où des citoyens se sentent obliger de s'adresser aux tribunaux, plutôt qu'au gouvernement, pour dénoncer le comportement d'une société d'État.
Une grosse campagne est en cours actuellement au Québec, particulièrement au sein des médias de la famille Desmarais, afin de vendre à la population le bien-fondé d'ouvrir le marché des vins et spiritueux québécois au privé. À travers divers arguments et à l'aide de certains spécialistes vendus à la religion de la concurrence, on tente de persuader les Québécois qu'ils trouveront leur compte à ce que l'État délaisse une partie ou l'entièreté de son monopole et de ses prérogatives au profit d'individus et de monopoles privés.