HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

revolution-tranquille

Pour énormément de jeunes, l'anglais rime avec réussite et le français se voit relégué à un statut de vulgaire langue de maison, un joli bibelot qu'on garde bien précieusement chez soi sans trop l'en sortir.
Se concevoir comme un grand peuple, fort, fier et ouvert. Voilà peut-être un des héritages importants de la Révolution tranquille que nous avons tous perdus.
Pourquoi rendre hommage à Godbout me direz-vous ? La question est en effet légitime puisqu'aujourd'hui plus personne ne se souvient du bilan de ce précurseur, victime de la cabale des nationalistes québécois qui en ont fait un traître à la patrie.
L'indifférence qui gangrène actuellement le Québec est si bien implantée, si bien entretenue par le parti unique au pouvoir, que de s'en départir sera un pas de géant vers l'avant pour la société québécoise tout entière.
À travers 150 ans d'histoire, le message du Canada au Québec a toujours été clair: si tu veux vivre avec nous, tu dois commencer par mourir. Aujourd'hui, ce message n'est plus chuchoté à notre oreille, il nous est hurlé dans un porte-voix.
Nous ne nous identifions pas par rapport à notre religion, mais par notre identité féminine. Comme toute femme, notre identité s'est construite à travers un long cheminement socioculturel, ethnico-linguistique, académique et professionnel.
C'était déjà facile à voir en 2013 et en 2014, mais aujourd'hui c'est devenu une évidence indéniable : plusieurs « défenseurs » de la laïcité sont en réalité que des conservateurs catholiques dont le but est de s'attaquer à l'Islam.
Le sprint final de la 33e opération Nez rouge est entamé. En ce week-end de Noël, les raccompagnements sont moins nombreux
Aujourd'hui, je fête mon 75e anniversaire. Que d'histoires j'ai à raconter! Autant la mienne, que celle de mon pays, que celle de la Révolution tranquille qui a coulé dans mes veines.
Le ministre de la Culture et des Communications du Québec, Luc Fortin, a annoncé jeudi la désignation de la parution du roman
L'année scolaire se termine en laissant une ambiance amère, une vague désespérante d'impuissance. Impuissance face aux décisions dictées par une rigueur budgétaire dogmatique.
Lorsque j'entends des gens infâmes pleurnicher sur le sort de la classe moyenne qui doit payer pour les assistés sociaux, je ne peux que revenir à ce que disait mon père. Pourquoi tirer sur les ambulances qui transportent les blessés? Pourquoi fesser sur ceux qui sont au plancher?
Le révisionnisme à propos de Maurice Duplessis est un symptôme important de l'influence du nouveau courant conservateur québécois, s'installant depuis près d'une décennie.
Quel Québec allez-vous fêter ce week-end? Celui plus libre, dynamique, des années 1950? Ou celui interventionniste, bureaucratisé et endetté d'aujourd'hui?
Nous sommes toujours ces mêmes baby-boomers qui avons assisté à la naissance de notre système de santé, qui l'avons modifié et qui l'avons utilisé comme s'il s'agissait d'une vache à lait intarissable.
FLQ, attentats Ă  la bombe, destruction de la statue de la reine Victoria, Samedi de la matraque, discours de De Gaule, crise d'Octobre, histoire du drapeau canadien... tout y passe sans que Robert Lepage ne prenne vraiment parti. Ce qu'il veut avant tout, c'est ne pas oublier.
Ă€ qui appartient la politique? Elle appartient aux citoyens. Reprenons-en le contrĂ´le.
Le repli identitaire est un constat d'échec. C'est la dernière carte d'un mouvement à bout de souffle qui a passé deux décennies à attendre en vain les conditions gagnantes.
J'ai assisté au rally de Bernie Sanders à Burlington. Un ami me fit remarquer que tout ce dont Sanders parlait, nous l'avions déjà au Québec.
Aujourd'hui je parle français avec un accent d'une autre époque, celui de mes grands-parents. Une langue isolée de la France, isolée du Québec, diluée dans l'américanité...