HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

syrie

Le président américain avait pourtant démenti, il y a quelques années, avoir envisagé un tel projet.
Alors qu'une grande partie du monde est occupée à lutter contre la COVID-19, de nombreux conflits ont toujours lieu, voire s'intensifient en pleine pandémie.
Corona essaie de nous séparer, comme le fait le régime syrien, mais les gens réagissent autrement.
Adepte des théories du complot, la Britannique prétend notamment que l'attentat de Charlie Hebdo, en 2015, n'était pas l'oeuvre de terroristes islamistes.
La Britannique Vanessa Beeley a été décrite comme étant la «déesse de la propagande sur le conflit syrien».
La Turquie du président d’Erdogan est un facteur d’instabilité supplémentaire dans une région déchirée par les conflits.
Ces femmes syriennes partagent leur nourriture et leur culture.
Les efforts d'Israël pour se faire reconnaître dans la région ne sont pas nouveaux, mais l'inquiétude des pays arabes sunnites du Golfe à l'égard de l'Iran crée désormais une certaine communauté d'intérêts qui n'existait pas auparavant.
Dans les situations de crises actuelles, plusieurs dirigeants du Moyen-Orient et d'autres voudront cadenasser leur pouvoir, sous prétexte de stabilité et du bien public.
Sacrés sont les services secrets saoudiens, dont les opérations n'ont rien de secret.
La protection américaine de l’Europe est plus que jamais indispensable.
C'est la meilleure façon de faire en sorte que les enfants réalisent leur plein potentiel, de briser le cycle de la pauvreté et d'offrir aux enfants des perspectives d'avenir.
Tant que les États-Unis resteront du bon côté de l'histoire et respecteront leurs obligations morales, ils reprendront leur rôle de chef de file mondial qui leur fait cruellement défaut.
Le résultat de ces élections sera crucial.
La politique est l'art du compromis et la guerre est le dernier geste politique, quand la politique a échoué.
La possible attaque chimique dressée récemment par le régime d'Assad offrait le prétexte idéal pour un retour de l'Occident dans la zone disputée.
Les États-Unis ont ciblé des lieux où le régime de Bashar El-Assad aurait produit des armes chimiques.
Les sept dernières années s'inscriront dans l'histoire comme celles d'une guerre sans précédent contre les enfants.
L'antique cité de Mari, à la frontière irako-syrienne, a été ravagée.
Au moins 40 envois sont passés sous le radar des renseignements occidentaux.