Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le cours du pétrole pourrait avoir fini de chuter

An oil pump operates in the Awali oil field in Bahrain on Wednesday, Jan. 5, 2011. Oil extended its biggest drop in seven weeks on signs that snowstorms in the U.S. curbed gasoline consumption in the world's biggest crude consumer. Photographer: Phil Weymouth/Bloomberg via Getty Images
Bloomberg via Getty Images
An oil pump operates in the Awali oil field in Bahrain on Wednesday, Jan. 5, 2011. Oil extended its biggest drop in seven weeks on signs that snowstorms in the U.S. curbed gasoline consumption in the world's biggest crude consumer. Photographer: Phil Weymouth/Bloomberg via Getty Images

Le cours du pétrole pourrait avoir finalement touché le fond du baril, selon l'Agence internationale de l’énergie.

L'organisation basée à Paris, et qui représente les principaux pays consommateurs de pétrole du monde, a prévenu vendredi que le rebond constaté au cours des derniers jours — dans la foulée de creux sans précédent depuis plusieurs années — ne prédit pas nécessairement une relance soutenue à long terme.

Dans son rapport mensuel sur le marché du pétrole, l'agence dit que l'offre a chuté de 180 000 barils par jour en février. Elle note toutefois aussi un ralentissement de la demande mondiale, surtout en Chine et aux États-Unis.

Le baril de pétrole était en hausse de 81 cents US à 40,86 $ US vendredi, après avoir glissé jusqu'à 28 $ US en janvier. Il valait plus de 100 $ US le baril aussi récemment qu'en janvier 2014.

VOIR AUSSI :

Exploration pétrolière sur l'île d'Anticosti

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.