Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Les ménages canadiens ont accumulé 100 milliards $ de plus en épargne. Où ira cet argent?

Travailler sans pouvoir sortir pour dépenser son argent a permis à certains ménages canadiens d'amasser une bonne somme.
MJ_Prototype via Getty Images

N’ayant pas grand-chose à faire durant la pandémie de COVID-19, les ménages canadiens ont accumulé un record historique de liquidités, soit environ 100 milliards de dollars de plus qu’ils ne l’auraient fait autrement, selon des économistes de la CIBC.

«Le gouvernement du Canada compte sur vous pour déclencher une forte reprise en dépensant cet argent quand il sera sécuritaire de le faire», écrivent les économistes Benjamin Tal et Katherine Judge dans un rapport publié vendredi.

Bien sûr, tout le monde n’a pas profité équitablement de cette «manne», et - comme cela semble être le cas en général dans cette pandémie - plus vous êtes riche, plus il est probable que vous vous en sortiez bien.

Dans un sondage Maru/Blue effectué pour la CIBC, quelque 40 % des personnes provenant d’un ménage dont le revenu est supérieur à 100 000 $ ont déclaré qu’elles épargnaient maintenant plus qu’avant la pandémie. Seulement environ 20 % de ceux qui gagnent moins de 50 000 $ ont dit la même chose.

Ce résultat s’aligne avec un rapport antérieur de Tal et Judge, qui montrait que même si le Canada a perdu un cinquième de tous ses emplois à bas salaire en 2020, le nombre d’emplois à haut salaire a augmenté d’environ 10%.

Pour les travailleurs du secteur des services et pour les petites entreprises qui ont été les plus durement touchés par la pandémie, cette énorme somme d’argent amassée chez les salariés représente tout de même une lueur d’espoir. Lorsque la pandémie se terminera, une bonne partie de cet argent retournera directement dans les secteurs de l’économie qui ont été les plus durement touchés au départ, prédit la CIBC.

«Les gens à haut revenu qui bénéficient de la majorité de l’épargne additionnel ont tendance à dépenser davantage dans les secteurs les plus directement touchés par le virus», indiquent Tal et Judge.

Les secteurs des loisirs, de la culture et de l’hébergement devraient bénéficier de ce rebond à leur réouverture.

Le sondage a révélé que les voyages seront l’intérêt numéro un des Canadiens à revenu élevé après la pandémie, cette dépense à venir ayant été identifiée par 36% de ceux qui gagnent 100 000 $ ou plus.

Les ménages plus aisés comptent diriger une bonne partie de leur épargne vers les voyages, puis vers d'autres investissements. Ils prévoient aussi continuer à bâtir leur épargne, payer des dettes et se gâter.
CIBC Economics
Les ménages plus aisés comptent diriger une bonne partie de leur épargne vers les voyages, puis vers d'autres investissements. Ils prévoient aussi continuer à bâtir leur épargne, payer des dettes et se gâter.

Cet argent pourrait également maintenir la pression à la hausse sur le marché boursier; les deuxième et troisième réponses les plus populaires, après les voyages, ont été «investir davantage» et «bâtir l’épargne».

Un déchaînement soudain des dépenses de consommation pourrait avoir des conséquences inattendues sur l’économie, y compris sur l’inflation - ce que l’on pourrait voir davantage au cours du second semestre et en 2022, avise Tal.

En règle générale, la hausse de l’inflation entraîne une hausse des taux d’intérêt, mais la plupart des économistes doutent que les banques centrales commencent à augmenter leurs taux dans un avenir proche, même si l’inflation fait un bond à la hausse.

«La Fed [aux États-Unis] et la Banque du Canada nous disent qu’elles toléreront [l’inflation] puisqu’elle sera temporaire», indique Tal dans un échange de courriels avec le HuffPost Canada.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l’anglais.

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.