Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Enquête préliminaire de Richard Henry Bain : l'ordonnance de non-publication est maintenue

Radio-Canada

La cour a maintenu vendredi l'ordonnance de non-publication pour l'enquête préliminaire de Richard Henry Bain, accusé dans l'attentat mortel du Métropolis, à Montréal.

L'ordonnance couvre également les motifs de la décision du juge Pierre Labelle. Les médias ne peuvent pas non plus rendre compte du comportement de l'accusé en cour.

La décision a été rendue au palais de justice de Montréal, en avant-midi.

« Je suis très surpris parce que la poursuite n'a pas demandé une telle ordonnance. L'ordonnance normalement ne couvre que la preuve. Le juge ici a imposé une ordonnance de non-publication sur tout, incluant son propre jugement rendu aujourd'hui, ce qui est tout à fait extraordinaire », a déclaré Mark Bantey, avocat des médias.

Le 2 mai, le juge Pierre Labelle avait décrété une ordonnance de non-publication provisoire sur la divulgation de la preuve au premier jour de l'enquête préliminaire.

L'homme qui a été arrêté le soir de l'attentat qui a fait un mort au rassemblement du Parti québécois, le 4 septembre 2012 au Métropolis, fait face à 16 chefs d'accusation, dont un de meurtre prémédité.

Richard Henry Bain, qui assure lui-même sa défense, s'était quant à lui opposé à cette ordonnance de non-publication réclamée par la procureure de la Couronne. Selon Me Élianne Perreault, cette ordonnance de non-publication de la preuve exposée pendant l'enquête préliminaire est nécessaire pour assurer un procès juste et équitable à l'accusé ainsi que pour la formation d'un jury impartial.

Tout comme Richard Henry Bain, les avocats des médias se sont aussi opposés à cette ordonnance.

INOLTRE SU HUFFPOST

Attentat contre Pauline Marois

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.