Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'émule français de Bernie Sanders, Jean-Luc Mélenchon, débarque au Québec (VIDÉO)

La saison des visites des politiciens français au Québec continue de plus belle. Cette fois-ci c'est au tour de Jean-Luc Mélenchon, député européen et candidat à la présidence de la France à l'élection qui aura lieu au printemps prochain.

Situé à l'extrême gauche de l'échiquier politique français, Jean-Luc Mélenchon arrive au Québec pour parler, entre autres, d'une francophonie politique qui devrait, selon lui, remplacer l'Europe qui a déçu.

Jeudi, le politicien s'est baladé dans les rues de Montréal accompagné de Gabriel Nadeau-Dubois, chroniqueur et ancien militant étudiant québécois.

Jean-Luc Mélenchon est bel et bien un vieux routier de la gauche française. Député européen, socialiste déçu, fondateur du Front de gauche, une coalition de partis politiques français, il a réussi à aller chercher plus de 11,1 % des voix à la dernière élection présidentielle de 2012. Il a terminé quatrième, derrière la candidate du Front national (FN).

Mélenchon est à nouveau candidat pour l'élection de l'an prochain. Les derniers sondages le donnent au coude à coude avec le président François Hollande.

Après Le Pen, Mélenchon

Mais que compte-t-il faire au Québec, où on vient à peine de fermer la porte derrière Marine Le Pen? « En tout cas, moi je viens apprendre plutôt que donner des leçons », dit-il, faisant allusion à la candidate du FN, accusée de faire la leçon au Canada, notamment en matière d'accueil des réfugiés.

Cette attitude de Jean-Luc Mélenchon lui a ouvert des portes au Québec. Les centrales syndicales, les ténors du Parti Québécois et Québec Solidaire ont tous tenus à le rencontrer.

Au programme des discussions : les accords de libre échange transatlantiques, l'environnement et la francophonie.

« La francophonie pourrait être un espace politique dans lequel chacune de nos nations tout d'un coup pourrait voir plus grand qu'elle », estime le candidat en entrevue à Radio-Canada.

« Ça existe davantage que de se retrouver avec des Lituaniens que nous ne connaissons pas, alors que les Québécois, c'est comme si nous avions été élevés au même biberon », ajoute-t-il.

Le candidat anti-système, comparé parfois à l'Américain Bernie Sanders, n'hésite pas à féliciter le premier ministre canadien Justin Trudeau pour plusieurs de ses politiques.

« Peut-être avez-vous des élites moins bornées que les nôtres, qui sont capables de se remettre en cause et voir qu'on est au XXIe siècle », conclut-il.

D'après un reportage d'Alexandra Szacka

VOIR AUSSI

Hillary Clinton emporte les primaires à New York

Suggest a correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.