HuffPost Canada a fermé ses portes en 2021 et ce site est maintenu en tant qu'archive en ligne. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.

Joyce Echaquan

Une année dont on se souviendra longtemps.
Je suis allé porter des fleurs aux proches de Joyce Echaquan. C’est quand je suis arrivé que j’ai compris l’ampleur du geste que je venais de poser.
Je revois dans ma tête des dizaines de conversations avec des patients qui me supplient – qui négocient – pour ne pas «être descendus» à Joliette, par peur des soins, de l’accueil, de ne pas être compris, de ne pas être entendus, d’être dénigrés.
Une organisatrice de la manifestation estime qu'il est grand temps que nous vivions notre propre «moment George Floyd».
Le décès de Joyce Echaquan à l’hôpital de Joliette a ébranlé le Québec. Mais dans les communautés autochtones, la tragédie
Ses proches souhaitent voir les «gestes discriminatoires et répétés» à l'endroit des Autochtones cesser.
La mère de famille atikamekw est décédée lundi à l'hôpital de Joliette après avoir enregistré les insultes racistes dont elle a fait l'objet de la part du personnel soignant.
«Tous les Innus crieront ton histoire, pour que cela ne se produise plus jamais.»
La famille Echaquan a appris le renvoi d'une des infirmières ayant fait preuve de racisme à l'endroit de la patiente par l'entremise des médias.
La mère de sept enfants a été victime de racisme à l'hôpital de Joliette dans les heures qui ont précédé sa mort.